Do you speak English? → Go to our English page!

Toujours difficile : le THC en médecine

Lois

Stupéfiants interdits
Loi sur les stupéfiants LStup, RS 812.121, article 8, alinéa 1 (Les stupéfiants de type cannabique sont interdits, sauf pour un usage médical.), en PDF (2023) à la page 9.

Application médicale
Collecte des données, dans le PDF (2023) à la page 11, Système d'information de l'OFSP, dans le PDF (2023) à la page 17

Conditions

Dans le domaine médical, les préparations contenant du THC peuvent être prescrites par les médecins depuis 2022. Depuis lors, il n'est plus nécessaire d'obtenir une autorisation exceptionnelle. Les prescriptions doivent toutefois être enregistrées dans une banque de données.

Conseils

L'essentiel est de trouver un médecin qui veut vraiment traiter avec du chanvre et qui sait de quoi il s'agit. Il faut vraiment vouloir assumer l'effort. Mais aussi avec engagement : cela prend du temps et demande de la patience. Jusqu'à présent, seuls quelques malades y sont parvenus.

Peines

Celui qui enfreint les conditions des autorisations peut se voir retirer l'autorisation et être puni. En principe, le distributeur a toujours un pied dans le trafic de drogue, car si une autorisation ne s'applique pas, c'est la loi LStup qui s'applique (délit, puisqu'il s'agit de transmission ).


Toujours difficile : le THC en médecine

Ancien régime pour le THC en médecine

De 2012 à 2018, 12 000 autorisations exceptionnelles ont été accordées (pour une durée limitée de 6 à 12 mois). Depuis fin 2022, il n'est désormais plus nécessaire d'obtenir une autorisation exceptionnelle, seule une ordonnance médicale est requise.

Les médecins peuvent décider

Un médecin doit constater qu'une personne malade pourrait être aidée par un traitement au THC et établir une ordonnance à cet effet. Il peut s'agir d'une part de produits synthétiques tels que le Dronabinol, également connu sous le nom de Marinol, qui peuvent être prescrits. D'autre part, des produits tels que le Sativex ou des teintures spécialement préparées (appelées préparations magistrales), fabriquées à partir de cannabis naturel, peuvent également être prescrites. Ces préparations contiennent souvent 2,5 à 5 % de THC. Il est désormais également possible de prescrire des fleurs de cannabis.

Le cannabis peut aider à résoudre de nombreux problèmes

Le dronabinol, par exemple, est utilisé en Suisse pour traiter, entre autres, les symptômes suivants : Nausées et vomissements, perte d'appétit et amaigrissement, anorexie et perte de poids, spasticité, crampes et durcissement des muscles, états douloureux, asthme, glaucome, épilepsie, troubles du sommeil et anxiété ainsi que troubles moteurs. Les malades présentant ces symptômes souffrent par exemple de sclérose en plaques, de cancer, du sida, de la maladie d'Alzheimer, de l'hépatite C, d'anorexie ou d'autres maladies graves. En Suisse, la plupart des dérogations accordées auparavant concernaient des cancers, suivis par la sclérose en plaques.

Pas de grand enthousiasme

Depuis la facilitation de l'utilisation médicale du THC, il n'y a pas eu de boom des prescriptions. Même si les médecins ne doivent plus demander d'autorisation exceptionnelle et ont donc moins de travail, ils doivent néanmoins enregistrer les prescriptions dans une banque de données de l'OFSP. A partir de ces données, des directives devraient être développées au fil des années pour déterminer pour quelles maladies quels dosages et quelles formes d'utilisation sont recommandés.

Mais le problème principal réside dans le fait que la plupart des médecins n'ont aucune expérience du cannabis en tant que médicament et ne prescrivent que très rarement de telles préparations. La plupart du temps, ils ne les prescrivent qu'après l'échec de tous les autres traitements, c'est-à-dire lorsque les malades ont épuisé leurs possibilités de guérison.

Les coûts élevés doivent généralement être payés par le patient lui-même

Toute la chaîne des activités qui mènent au produit final “médicament à base de chanvre” et qui ont un rapport avec sa remise aux patients est strictement réglementée. Il s'agit de la culture du chanvre, de la fabrication des produits thérapeutiques, du traitement et du commerce du cannabis comme médicament. Par conséquent, les coûts de ces remèdes sont très élevés. Comme les caisses d'assurance maladie ne remboursent que rarement ces produits, les patients doivent généralement en assumer eux-mêmes le coût. Nombreux sont ceux qui ne peuvent pas le faire, de sorte que le marché noir continue de jouer un rôle important dans ce domaine.

Réglementation de la culture et de la distribution

Si le médicament doit être remis par une pharmacie, celle-ci doit disposer d'une autorisation d'exploitation pour substances contrôlées conformément à l'article 11 de l'ordonnance sur le contrôle des stupéfiants. Une telle autorisation est également nécessaire si une pharmacie souhaite fabriquer elle-même un médicament à base de cannabis interdit, comme par exemple une teinture de chanvre.

La culture du chanvre (à partir de 1 % de THC), qui doit servir à la fabrication de médicaments, est également réglementée par la loi. En principe, le “cultivateur” a besoin d'une autorisation d'exploitation ou doit agir sur mandat d'une entreprise autorisée. Une demande d'autorisation d'exploitation doit contenir les éléments suivants : une protection suffisante contre le vol ; un contrat écrit avec une entreprise autorisée ; des indications précises sur le type et la quantité de culture ; la garantie que la totalité de la quantité cultivée sera livrée au mandant.

La bureaucratie dissuade la plupart des producteurs et productrices potentiels de chanvre médical de cultiver légalement. Les coûts engendrés par les différentes obligations d'autorisation font qu'un médicament qui a franchi tous les obstacles pour être ensuite exceptionnellement autorisé pour le traitement n'est pas bon marché. Les coûts peuvent rapidement s'élever à des centaines de francs par mois.

Médicaments à base de chanvre et conduite automobile

Il nous semble que la question de savoir si une personne peut conduire avec des médicaments contenant du THC n'a pas encore été définitivement tranchée. Ce qui est sûr, c'est que la valeur limite de détection de 1,5 microgrammes par litre de sang, qui est normalement valable pour tous, ne s'applique pas ici.

Mais cela ne signifie pas que les personnes concernées sont du côté de la sécurité lorsqu'elles conduisent un véhicule à moteur. Car cela signifie seulement que la capacité de conduire ne peut pas être prouvée par le taux de THC dans le sang. Dans ce cas, les déclarations de la police et l'examen médical sont décisifs. Il nous semble que cela n'est pas toujours clairement communiqué par les médecins.

Il serait également possible de passer un examen d'aptitude à la conduite afin de déterminer si le médicament THC prescrit affecte généralement la conduite automobile ou non. Mais un tel examen est coûteux et son résultat incertain.

Procédure recommandée, thérapies recommandées

Les allègements pour le chanvre médical sont entrés en vigueur le 1er août 2022 et une nouvelle ère a commencé. Les médecins peuvent prescrire du chanvre contenant du THC sans devoir demander une autorisation exceptionnelle. Mais cela ne signifie pas que le chanvre médical est simplement autorisé. Les documents suivants en donnent une idée :

En savoir plus sur le chanvre en médecine

Liens et actualités

Une collection incomplète de liens…

Suisse

Nouvelles

International

Si vous souhaitez transporter des stupéfiants prescrits dans l'espace Schengen, vous trouverez des informations ici.

Liens divers

Nouvelles

Chimie et biochimie du THC

Les effets du THC

Vaporisation / Réduction des risques

Dernière modification : 2024/03/18 15:00

Partager la page: facebook X (Twitter)

Aperçu juridique

Shit happens 15 (été 2023)

Cet aperçu en PDF