Do you speak English? → go to our English page!

Jusqu'à présent, seulement dans des cas exceptionnels : Le THC en médecine

Lois

Stupéfiants interdits

Loi sur les stupéfiants LStup, RS 812.121, article 8, alinéa 1 (stupéfiants du type effet cannabis), en PDF (2021) à la page 9.

Utilisation médicale restreinte

Loi sur les stupéfiants LStup, RS 812.121, article 8, alinéa 5, en PDF (2021) à la page 9

Conditions

Dans le domaine médical, les préparations contenant du THC ne sont légales que si des autorisations d'exemption ont été délivrées pour l'ensemble du processus (et sont également régulièrement renouvelées). Cela signifie que plusieurs permis d'exemption temporaire sont nécessaires, ainsi que des médecins qui assument l'entière responsabilité.

Conseils

Il est essentiel de trouver un médecin qui souhaite réellement traiter avec du chanvre et qui sait de quoi il s'agit. Ils doivent vraiment avoir envie de faire cet effort. Mais même avec de l'engagement : cela demande du temps et de la patience. Seuls quelques malades s'en sont sortis jusqu'à présent.

Pénalités

Toute personne qui enfreint les conditions de la licence peut se voir retirer sa licence et être sanctionnée. En principe, le distributeur a toujours un pied dans la porte en tant que trafiquant de drogue, car si une licence n'est pas valide, LStup s'applique (délit, puisqu'il s'agit d'un transfert ).


Jusqu'à présent, seulement dans des cas exceptionnels : Le THC en médecine

L'usage médical limité

Un médecin doit déterminer qu'une personne malade pourrait être aidée par une thérapie au THC et soumettre une demande correspondante à l'Office fédéral de la santé publique OFSP. D'une part, des produits synthétiques tels que le dronabinol, également connu sous le nom de Marinol, peuvent être prescrits. D'autre part, des produits tels que le Sativex ou des teintures spécialement produites (dites préparations extemporanées), qui sont fabriquées à partir de cannabis naturel, peuvent également être prescrits. Ces préparations contiennent 2,5 à 5 % de THC. Outre la teneur en substances actives, le mode de prise de la préparation joue un rôle central. Pour éviter que les produits ne soient utilisés abusivement comme stimulants, les fleurs ou concentrés de cannabis ne sont pas autorisés.

Le cannabis peut aider à résoudre de nombreux problèmes

Le Dronabinol, par exemple, est utilisé en Suisse, entre autres, pour les symptômes suivants : Nausées et vomissements, perte d'appétit et émaciation, anorexie et perte de poids, spasticité, crampes musculaires et durcissement des muscles, états douloureux, asthme, glaucome, épilepsie, troubles du sommeil et anxiété ainsi que troubles du mouvement. Les personnes malades présentant ces symptômes souffrent, par exemple, de sclérose en plaques, de cancer, de sida, de la maladie d'Alzheimer, d'hépatite C, d'anorexie ou d'autres maladies graves. En Suisse, la plupart des exemptions concernent le cancer, suivi de la sclérose en plaques.

Les points pour l'exemption

Toute la chaîne d'activités menant au produit final “médicament à base de chanvre” et ayant un rapport avec sa distribution aux patients est soumise à autorisation. Cela inclut la culture du chanvre, la production de produits médicinaux, le traitement et le commerce du cannabis en tant que médicament.

Si un médecin dépose auprès de l'OFSP une demande de traitement au THC sur la base de son diagnostic, il doit procéder comme suit :
confirmer par écrit qu'ils assument la responsabilité des conséquences de leur prescription ; communiquer le nom, l'adresse, l'âge et la déclaration écrite de consentement du ou des patients ; divulguer les médicaments utilisés jusqu'à présent ; déclarer le dosage prévu et la durée prévue du traitement ; établir un rapport intermédiaire sur le traitement tous les six mois ainsi qu'un rapport final pour l'OFSP ; décrire la logistique de la remise du médicament (dans ce contexte, le médecin lui-même, une pharmacie ou un hôpital ne peuvent remettre le médicament à base de chanvre que directement au patient).

Du côté positif, il n'est pas nécessaire d'être en rupture de traitement comme dans d'autres pays (il n'y a plus de thérapie régulière qui pourrait aider) pour faire une demande exceptionnelle.


Réglementation de la distribution et de la culture

Si le médicament doit être délivré par une pharmacie, il faut une licence d'exploitation pour les substances contrôlées conformément à l'article 11 de l'ordonnance sur le contrôle des stupéfiants. Une telle licence est également requise si une pharmacie souhaite elle-même produire un médicament à partir du cannabis interdit, par exemple une teinture de chanvre.

La culture du chanvre (à partir de 1 % de THC), qui doit être utilisé pour la production de médicaments, est également réglementée par la loi. En principe, le “cultivateur” a besoin d'une licence d'exploitation ou doit agir au nom d'une entreprise titulaire d'une licence. Une demande d'autorisation d'exploitation doit contenir les éléments suivants : une protection suffisante contre le vol ; un contrat écrit avec une entreprise agréée ; des informations précises sur le type et la quantité de culture ; une garantie que la totalité de la quantité de culture sera livrée au client.

Restrictions et limitations

En raison de leur faible teneur en substances actives, ces préparations ne conviennent pas à tous les patients. Ainsi, certains ne sont pas épargnés pour se fournir à côté sur le marché noir. Il existe également une interdiction stricte de conduire pendant le traitement au cannabis, même à faible dose, qui est censée prévenir un effet psychoactif. Les coûts ne sont pas nécessairement couverts par les compagnies d'assurance maladie. Ainsi, tous ceux qui ont un permis ne peuvent pas s'offrir cette thérapie.

L'effort est considérable

L'effort bureaucratique dissuade la plupart des producteurs potentiels de chanvre médical de cultiver légalement. Les coûts engendrés par les différentes exigences en matière d'autorisation signifient qu'un médicament qui a franchi tous les obstacles pour être exceptionnellement approuvé pour le traitement n'est pas bon marché. Les coûts peuvent rapidement s'élever à plusieurs centaines de francs par mois.

Les perspectives du THC en médecine

De 2012 à 2018, 12 000 exemptions ont été accordées (limitées à 6 à 12 mois). Bientôt, un permis d'exemption ne sera plus nécessaire, seule une ordonnance du médecin sera requise (voir encadré ci-dessous).


Nouvelle manipulation

Le chanvre médical doit pouvoir être prescrit par les médecins sans autorisation exceptionnelle : Cet amendement à LStup entrera probablement en vigueur en 2022. Elle sera suivie d'une phase d'évaluation de sept ans, au cours de laquelle le fonctionnement du nouveau régime apparaîtra plus clairement. Pour plus d'informations, voir Chanvre médical

Facilitation pour le chanvre médicinal ?

Nous avons résumé ici les discussions en cours sur la modification de la situation juridique concernant les médicaments à base de cannabis.

En savoir plus sur le chanvre en médecine

Liens et actualités

Une collection incomplète de liens…

Suisse

Nouvelles

International

Si vous souhaitez transporter des stupéfiants prescrits dans l'espace Schengen, vous trouverez des informations ici.

Liens divers

Nouvelles

Chimie et biochimie du THC

Les effets du THC

Evaporation / Réduction des risques

fr/thc_recht/medizin.txt · Dernière modification: 2021/10/18 17:20 (modification externe)
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant