Do you speak English? → Go to our English page!

li271113.jpg

Vapoter au lieu de fumer - le nouveau plaisir

La technologie de la vaporisation n'en est plus à ses balbutiements. En attendant, il existe des appareils très performants qui peuvent produire rapidement et facilement une tranche propre de THC. Sans fumée ni puanteur. Mais avec un haut niveau incroyablement clair.

Comment fonctionne un joint ?

Après les premières expériences de stoner, c'est un grand événement pour tout amateur de THC de pouvoir fabriquer lui-même un joint. Cependant, très peu de personnes savent pourquoi cela fonctionne réellement - l'essentiel est que cela fonctionne, que cela vous fasse planer. Et beaucoup de fumeurs âgés ne savent pas non plus comment se fait l'entrée de la fumée. Lorsque nous allumons un joint, une braise se développe et devient plus chaude au fur et à mesure que nous tirons sur le joint. La température de cette braise varie d'environ 500 degrés au repos à environ 1000 degrés lorsque nous tirons. Cependant, tout le THC qui se trouvait dans cette braise ne peut jamais y entrer, car il est simplement brûlé. Dans le meilleur des cas, du CO2 et de la vapeur d'eau sont produits. Dans le pire des cas, une combustion incomplète produit beaucoup de toxines. Celles-ci sont ensuite aspirées par le joint et le filtre et se retrouvent dans les poumons. Ce ne sont pas ces substances qui sont au cœur du processus de rodage : L'air chauffé par les braises traverse le joint et chauffe le THC qui s'y trouve. Les molécules de THC passent alors de la phase solide, dans laquelle elles existent naturellement dans la résine, à la phase gazeuse et peuvent pénétrer dans les poumons. Là, ils sont absorbés par le sang et atteignent peu après le cerveau, où ils s'arriment aux cellules nerveuses et déclenchent ce que nous appelons une “tranche” ou un “high”. Un joint est donc quelque chose de très inefficace : une grande partie du THC ne peut jamais atteindre le corps car il est brûlé dans les braises. Au lieu de cela, une grande quantité de fumée accompagne le THC dissous. La nicotine est transportée dans le corps de la même manière. Que ce soit dans un joint qui contient du tabac ainsi que du chanvre, ou dans une cigarette de tabac pur.

li271113.jpg

Comment fonctionne un vaporisateur ?

Le principe de base de la vaporisation est d'essayer de construire la source de chaleur (dans le joint, les braises) de manière à ce qu'aucune substance nocive ne soit produite. Il suffit donc de chauffer le THC et les arômes jusqu'au point où ils deviennent gazeux et peuvent être absorbés par les poumons. Bien sûr, cela pose plusieurs problèmes. Le THC commence à s'évaporer à des températures supérieures à environ 150 degrés. Dans la littérature chimique, on trouve la valeur 200 degrés pour le point d'ébullition du THC. En pratique, la vaporisation commence à des températures plus basses. Mais à partir d'une température d'environ 250 degrés, la matière végétale (fleurs de chanvre, tabac) commence à brûler (on a donc la même chose que dans un joint ou une pipe). Et même avant cela, à partir d'environ 220 degrés, la matière végétale commence à devenir noire - elle ne brûle pas, mais se carbonise lentement. Cela nous amène au cœur du problème : comment construire une source de chaleur qui génère la chaleur nécessaire à la vaporisation du THC, mais qui ne génère pas le type de chaleur qui déclenche la combustion ? Si la température est trop basse, cela sent tout simplement le chanvre, car les huiles essentielles de la plante de chanvre entrent déjà en phase gazeuse à température ambiante (sinon les produits de chanvre ne sentiraient pas). Mais il ne s'enfonce pas, car la vaporisation du THC est nécessaire pour le disque. (Le THC est insipide, soit dit en passant.) Si la température est trop élevée, la matière commence à coaguler ou à brûler (et vous auriez pu brûler le tout dans un chillum à moindre coût sans vaporisateur). Vous pouvez atteindre la plage de température nécessaire d'environ 170 à 230 degrés avec différents outils : Séchoir à air chaud, ampoule, bloc chauffant. Le choix de l'un ou l'autre n'a pas vraiment d'importance. L'essentiel est que cela fonctionne !

Quelles sont les principales différences ?

Lorsque vous commencez à expérimenter les vaporisateurs, vous devez vous donner du temps : Il faut apprendre à connaître la machine, apprendre à l'utiliser. L'altitude est également différente. Surtout si vous fumez habituellement des joints avec du tabac et du chanvre, la différence est frappante. En effet, si vous vaporisez exclusivement des fleurs de chanvre ou du haschisch, vous obtenez naturellement un effet high THC pur. Et c'est très différent de la tranche mixte nicotine-THC des joints habituels. Cependant, vous pouvez également vaporiser du tabac, et cette différence disparaît alors. Cependant, le processus d'inhalation est plus lent qu'avec un joint, mais dure plus longtemps. C'est plutôt comme manger du cannabis. Cependant, le THCvapeur a un effet beaucoup plus rapide qu'un biscuit. Ce qui manque également, c'est la sensation de fumer dans la bouche, la gorge et les poumons. Le vapeur d'un vaporisateur a une densité beaucoup plus faible que la fumée. La goutte est massivement plus intense - toutes les saveurs du haschisch ou de beuh peuvent être appréciées. Mais en même temps, vous avez l'impression de ne rien inhaler. Ce n'est qu'après quelques minutes que vous remarquez que le THC pénètre, qu'il y avait quelque chose dedans après tout. Si vous consommez du cannabis avec un vaporisateur, vous avez une tranche de THC absolument pure : claire, amusante et à haute dose, tout simplement époustouflante. Et ça n'empeste pas la fumée. Seule une fine bouffée subsiste après l'expiration et se dissipe en quelques secondes.

Avantage joint ?

Bien sûr, un joint a aussi ses avantages : Il est rapide à faire, les ustensiles pour le faire (papier, filtre, fleurs de chanvre, briquet) sont faciles à transporter et (à l'exception de l'herbe de chanvre très fine…) ne coûtent pas cher et sont disponibles dans tous les kiosques. Un vaporisateur, quant à lui, a généralement besoin d'une prise de courant et pèse quelques kilogrammes. Il s'agit donc plutôt d'un appareil stationnaire. Les vaporisateurs fonctionnels coûtent également assez cher : il n'existe pratiquement aucune machine utilisable à moins de 400 francs, l'appareil le plus cher disponible sur le marché est actuellement proposé pour environ 750 francs.

Advantage Vaporisateur ?

Il n'y a pas de fumée ! C'est certainement l'avantage le plus impressionnant d'un bon vaporisateur. Vous pouvez consommer du cannabis partout, même dans les zones non-fumeurs. Bien sûr, des vapeurs de cannabis se développent, que vous pouvez encore sentir après avoir expiré. Mais ceux-ci se dissipent extrêmement rapidement et même les non-fumeurs invétérés ne se sentent pas gênés. La ventilation est inutile et vous pouvez consommer des quantités incroyables de THC sans produire de fumée et de puanteur ou sans que vos poumons ne se mettent en grève. Le THC est utilisé plus efficacement ! Avec la même quantité d'herbe de cannabis, vous pouvez vous défoncer deux à six fois plus (en fonction de la fréquence à laquelle vous répétez le processus de vaporisation). Cela permet d'économiser de l'argent, de réduire le stress lié à l'approvisionnement et de faire oublier le prix élevé d'un vaporisateur, surtout à long terme. D'autant plus que vous pouvez également vaporiser des fleurs légères et faibles avec beaucoup de feuilles sans aucune perte de saveur. Il n'est pas nécessaire d'enlever les feuilles et les tiges du beuh - cela ne perturbe en rien le vaporisateur et le goût, au contraire : les dernières gouttes de résine sont rendues accessibles aux fumeurs… Les poumons sont heureux ! Le vaporisateur “Volcano” a été le premier appareil à être testé scientifiquement dans le cadre d'une étude : Ils voulaient savoir quels types de substances se trouvent dans son vapeur. Le résultat est étonnant : vapeur est composé à plus de 90% des cannabinoïdes THC et CBN. Le reste était constitué de caryophyllène (l'odeur des produits du cannabis) et d'un hydrocarbure aromatique polycyclique (c'est l'une des substances problématiques que l'on peut retrouver dans la fumée plusieurs fois et à des doses beaucoup plus élevées). Mais il ne faut pas nécessairement conclure des résultats de cet appareil à tous les autres “vaporisateurs”. Il existe d'excellents, de bons, de mauvais et de tout simplement non fonctionnels vaporisateurs sur le marché. Il y a des entreprises qui ne tiennent pas forcément leurs promesses.

Avant d'acheter

C'est pourquoi il est important de l'essayer avant de l'acheter. Tous les buveurs de THC n'aiment pas tous les vaporisateurs. Si vous souhaitez tester des vaporisateurs, vous êtes les bienvenus au bureau Legalize it! Tous les vendredis à partir de 16 heures, nous pouvons trouver un rendez-vous pour vous montrer cette technique : li@hanflegal.ch ou 079 581 90 44.

Vapeur-expériences ?

Qui a eu quelles expériences avec la vaporisation ? Partagez vos expériences (bonnes et mauvaises) avec nous, y compris les détails de l'appareil, la configuration du test, etc. Dans le prochain Legalize it! nous aimerions vous présenter un test de vaporisateur de béton. En tout cas, nous trouvons que le vapotage est une forme de consommation très intéressante qui peut réduire de manière décisive le plus grand danger de fumer de l'herbe.

Plus d'articles sur le sujet

fr/thc_recht/li271113.txt · Dernière modification: 2022/09/20 13:07 de sos
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant