Do you speak English? → go to our English page!

Introduction et aperçu

Gradations de la légalité et de l'illégalité du THC

Légaux pour tous : aliments contenant des traces de THC et fleurs contenant moins de 1 % de THC.

Les denrées alimentaires contenant un taux de THC inférieur aux limites fixées peuvent être produites, vendues et consommées. Les limites autorisées (très basses) sont fixées par une ordonnance.
Les fleurs de chanvre contenant moins de 1 % de THC peuvent être consommées librement. En cas de vente en tant que produits fumés, les réglementations correspondantes en matière d'emballage doivent être respectées.

Quasi-légale : la petite quantité de cannabis sans pénalité

La possession d'un maximum de 10 grammes de cannabis pour la consommation personnelle ainsi que pour la consommation simultanée, conjointe et gratuite entre adultes n'est pas punissable (la consommation, en revanche, est toujours punissable). Ne sont donc quasi-légales dans le secteur des stupéfiants (dans le cas du chanvre : à partir de 1 % de teneur en THC) que les préparations pour la première consommation jusqu'à juste avant la consommation. En fait, une quantité non punissable ne peut pas être confisquée, pourtant cela arrive pratiquement tout le temps.
Selon la loi, aucune sanction possible (était presque toujours ignorée par la police jusqu'en 2017).

Peu illégal : consommation détectée par la police (avec un maximum de 10 grammes)

Une consommation détectée par la police peut être sanctionnée par amende d'ordre de 100 francs (adultes uniquement). Il n'y a pas d'augmentation de l'amende en cas de récidive et pas non plus de les frais, ce qui équivaut à un mauvais stationnement. Il est permis de posséder un maximum de 10 grammes de produits de chanvre illégaux (qui sont toujours confisqués dans ces cas). Quiconque en possède davantage ou commet d'autres infractions sera dénoncé.
Contravention, puni par la police : amende d'ordre

L'illégalité normale : la consommation privée et ses préparatifs

La consommation que la police n'a pas détectée mais qu'elle peut prouver doit être traitée selon la procédure ordinaire, tout comme la possession de plus de 10 grammes pour un usage personnel. La police rédige un rapport avec les faits et dénonce la personne concernée. L'autorité pénale prononce alors une ordonnance pénale: amende et les frais coût 200 à 1 000 francs. Ceux qui sont signalés plusieurs fois peuvent toujours recevoir des amendes plus élevées et les frais.
Contravention, puni par la fonction : amende et frais

Fortement illégal : le passage et la vente ainsi que le THC et la conduite d'une voiture.

Dès qu'un produit contenant au moins 1 % de THC change de mains, il s'agit d'une transmission et d'un délit. Il n'est pas nécessaire de le vendre, il suffit de le donner. La transmission d'un joint à des jeunes est également considérée comme délit, tout comme la conduite d'une voiture avec du THC dans le sang.
Les personnes qui vivent de la traite des êtres humains et qui se font prendre sont condamnées à une peine minimale d'un an et sont considérées comme ayant commis un cas grave. En cas de récidive, cela peut également entraîner des peines de prison de plusieurs années.
Délit : amende, frais, peine pécuniaire ou emprisonnement, remboursement des bénéfices, casier judiciaire

Jusqu'à présent, seuls certains médicaments contenant du THC sont légaux.

Grâce aux autorisations d'exemption (pour le médecin, le patient, le fabricant et le distributeur), il existe un usage médical légal des produits riches en THC, notamment pour les maladies graves.

Association Legalize it! Quellenstrasse 25, 8005 Zurich, 079 581 90 44, li@hanflegal.ch hanflegal.ch
Shit happens Le chanvre, fumer de l'herbe, le THC et les lois concernant la poursuite du cannabis (en allemand) 14ème édition, 2021
Télécharger le PDF Shit happens, édition 14, été 2021, 1.3 MB Soutenez-nous !


Publicité

breakshop.ch


La consommation de THC est toujours passible de poursuites pénales

De nombreuses articulations sans conséquences...

La plupart des consommateurs de cannabis peuvent fumer de l'herbe sans que l'État s'en aperçoive. La grande majorité des joints brûlent pacifiquement sans être confisqués par la police. Si vous cherchez, vous trouverez beuh ou du hash, que ce soit dans la rue, dans des cercles privés ou sur Internet.

Ceux qui n'ont jamais été poursuivis pour avoir consommé du THC peuvent se poser la question suivante : existe-t-il une répression contre le fait de fumer du pot en Suisse ?

Malheureusement, la réponse est clairement oui. C'est même une grande partie de la répression globale de l'État. La loi sur les stupéfiants est une loi sévère. Si vous pensez être en sécurité et que, par imprudence ou par malchance, vous êtes confronté à la violence de la police, vous pouvez être choqué par la façon dont elle vous traite.

...mais des dizaines de milliers de personnes touchées chaque année

Les chiffres officiels des poursuites sont alarmants : plus de 30 000 personnes ont été poursuivies pour le chanvre en 2020. Ils ont été accusés de plus de 35 000 actes illégaux liés à la consommation et au trafic. Si l'on suppose qu'il y a quelques centaines de milliers de consommateurs de THC en Suisse, environ 10 % d'entre eux sont importunés chaque année par la police, Ministère public ou les tribunaux.

Oui, le poursuite du THC en Suisse existe et l'éventail des sanctions est large (avertissement jusqu'à 20 ans de prison). Nous voulons attirer l'attention sur ce point avec notre brochure sur l'aide juridique et, surtout, préciser les conditions qui s'appliquent aux gradations de la légalité et de l'illégalité du THC : afin que chacun soit préparé. Car lorsque cela se produit, on est confronté à un appareil organisé qui peut faire passer toutes les actions d'enquête pour du temps de travail rémunéré, tandis que les personnes concernées se défendent elles-mêmes pendant leur temps libre et (si elles sont coupables) doivent également payer les frais d'enquête ainsi que l'amende.

S'informer avant une intervention

De nombreux faits décisifs se déroulent au tout début d'un procès, et le propre témoignage d'une personne est un élément particulièrement important. Ici, chacun doit toujours réfléchir très soigneusement à ce qu'il veut admettre ou dissimuler.

Pour cela, les utilisateurs de THC doivent avoir envisagé les conséquences juridiques de fumer de l'herbe avant le premier contact avec la police, ce qui arrivera probablement tôt ou tard. Sinon, vous vous enfoncerez, vous et votre environnement, plus profondément dans le pétrin qu'il n'est absolument nécessaire. Parce que : Shit happens…

Si vous avez géré la situation à l'avance et élaboré une stratégie, vous serez mieux à même de faire face à poursuite.

Termes dans notre wiki (avec des liens vers wikipedia)

Cannabis
Le chanvre en latin
Chanvre
Espèce végétale dioïque qui produit des plantes mâles et femelles.
et produit la substance active THC, principalement dans la résine.
beuh/marijuana
Fleurs de chanvrefemelles séchées
Hashish/Hash
Résine de la plante de chanvre (obtenue à partir de beuh)
Fumer du pot / utiliser du THC
Fumer, manger, boire ou inhaler du hash/beuh
Fumeurs / utilisateurs de THC
Les personnes qui ingèrent du chanvre contenant du THC
Tétrahydrocannabinol (THC)
C'est le principal ingrédient actif du chanvre et, selon la loi, c'est le facteur décisif pour déterminer si une substance est illégale.
Les produits contenant au moins 1,0 % de THC sont des stupéfiants interdits. Le haschisch est illégal, quelle que soit sa teneur en THC. beuh et le hasch contiennent environ 5 à 20 % de THC.
La teneur en THC peut également être mesurée dans le sang.

Acide THC-carboxylique (THC-COOH)
Un produit de dégradation métabolique du THC et non psychoactif. Les tests rapides permettent de détecter cette substance dans les urines.
Mesuré dans le sang, il indique la quantité de THC consommée.
Contravention ou délit?
Une contravention est le plus petit acte illégal et est puni par une amende d'ordre ou une amende.
Un délit est plus grave et entraîne une amende, peine pécuniaire des taux journaliers ou une peine de prison et une inscription au casier judiciaire (suppression généralement après 10 ans).
Les contraventions se prescrivent après 3 ans, les délits après 10 ou 15 ans.

Condamnation avec et sans condition
Une amende avec sursis ou une peine privative de liberté n'est pas exécutée, mais fait l'objet d'un examen pendant quelques années pour voir si la personne condamnée récidivera.
Dans ce cas, un tribunal peut déclarer la condamnation sans condition et l'exécuter.



Publicité

breakshop.ch
fr/thc_recht/einleitung.txt · Dernière modification: 2021/11/11 14:20 de sos
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant