Do you speak English? → Go to our English page!

Dénonciation de l'infraction : interrogatoire et procès-verbal ⇒ Peine

L'audition est enregistrée

Dans le cas des amendes d'ordre, aucun procès-verbal n'est établi et la police peut vous délivrer directement une amende (comme dans le cas des infractions de stationnement).

Toutefois, si vous avez plus de 10 grammes sur vous ou si vous admettez avoir déjà consommé, vous serez dénoncé à la police. La police fera un rapport, généralement un rapport standard comme l'exemple ci-dessous.

Plus vous admettez d'activités illégales, plus la sanction peut être élevée. Si vous signez ce protocole, ce document est votre déclaration et sur cette base, vous serez puni. N'admettez donc que ce que vous devez admettre (la beuh sur vous par exemple). N'admettez jamais rien de plus et lisez attentivement le protocole avant de le signer et de protester en cas d'erreur. Vous ne devez pas non plus nommer votre source d'approvisionnement, sinon ils essaieront de vous arrêter et de vous punir.

L'honnêteté n'est pas utile ici. Tout ce que vous leur fournissez comme preuve avec votre témoignage, ils n'ont plus à le prouver : c'est donc vous qui vous mettez en danger.

Et plus vous admettez avoir consommé, plus il est probable que le service de la circulation routière vérifie votre aptitude à conduire. Par la suite, toutes vos déclarations resteront longtemps dans les dossiers, et vous pourrez y être confronté à plusieurs reprises (par exemple, en cas de divorce, lorsque la garde des enfants est en jeu).

Vous n'avez même pas à signer ce protocole, vous n'avez simplement pas fait de déclaration et la police doit vous dénoncer sur la base des faits de l'affaire ou fournir des preuves supplémentaires (ce qui prend souvent trop de temps).

Dès qu'il s'agit d'une dénonciation pour transmission, c'est-à-dire d'un délit, le protocole devient beaucoup plus détaillé, même les interrogatoires de plusieurs heures sont enregistrés mot à mot. Un tel protocole détaillé comprend de nombreuses pages, voire des dossiers. Même si vous révélez la source d'approvisionnement, un protocole supplémentaire est établi afin que la police puisse estimer les quantités et les confronter ensuite au dealer. Les déclarations des usagers sont toujours des preuves importantes pour pouvoir prouver que les trafiquants ont commis une infraction.

Publicité

herbadiberna.ch


La dénonciation et la peine

Sur la base de la dénonciation de la police, l'ordonnance pénale suit avec l'amende (100 à 600 francs) et les frais (environ 50 à 500 francs). Depuis 1995, nous collectons de telles ordonnances pénales et les publions de manière anonyme : ordonnances pénales de toute la Suisse.

Exemple de protocole standard Exemple d'une amende pour consommation
Cliquez pour agrandir Cliquez pour agrandir


Les pièges de l'audition

Exemple de poursuite pour des graines de chanvre

Après les premiers contrôles tests effectués par les douanes en 2014, des milliers de personnes qui avaient commandé des graines de chanvre aux Pays-Bas ou dans d'autres pays (comme certains le faisaient depuis de nombreuses années) ont été poursuivies à partir de 2015. La police et le ministère public ont agi de diverses manières à l'encontre des personnes qui avaient passé commande, dont la grande majorité voulait s'approvisionner elle-même et n'avait jamais attiré l'attention de la police.

La situation initiale

Les douanes ont confisqué une enveloppe contenant des graines de chanvre (si ces plantes peuvent pousser avec 1% ou plus de THC, elles sont considérées comme des stupéfiants illégaux, au même titre que la beuh ou le hash). Les douanes ont dénoncé la personne mentionnée sur l'enveloppe au ministère public compétent selon le lieu de résidence.

A Bâle-Ville, on a constaté de rares classements de procédures avec avertissement sans interrogatoire de la police. Certains procureurs d'autres cantons, en revanche, ont immédiatement ordonné une perquisition à domicile, suivie d'un interrogatoire.

La convocation par la police

Cependant, la plupart des personnes concernées ont été et sont convoquées par la police : en personne, par lettre ou par téléphone. Depuis le printemps 2015, des milliers de personnes ont été effrayées par une telle convocation : convocation policière pour infraction à la LStup.

La grande incertitude

“Comment dois-je me comporter lors de cet interrogatoire de police ? Que dire, que taire ? Quelles conséquences les déclarations peuvent-elles avoir ? Que vais-je devoir affronter ?

L'incertitude était grande, cela est apparu clairement lors de nos consultations juridiques. Il nous est arrivé de tenir cinq consultations par jour. Sur cette double page et la suivante, nous résumons les conclusions de centaines de cas que nous avons conseillés et accompagnés.

Il existe quatre variantes principales de la manière dont les personnes convoquées peuvent se comporter lors de cet entretien avec la police. Nous avons présenté les variantes en vert, jaune, rouge et violet.

Nier, à la rigueur mentir

“Je n'ai pas commandé de graines illégales.”

Quiconque n'a pas commandé de graines avec THC ou de graines avec CBD légales doit absolument en témoigner. ⇒ Il ne sert à rien de refuser de témoigner.

Les policiers et les policières peuvent être grognons, bruyants ou injurieux, il faut savoir le supporter. ⇒ L'interrogatoire devient plus désagréable, mais le protocole ne contient que la déclaration selon laquelle on n'a pas passé cette commande.

Il peut être utile ici de proposer à la police un perquisition afin qu'elle puisse se convaincre des faits. La police veut souvent une copie du relevé de carte de crédit de la période concernée.

Si aucune preuve de l'ordre n'est trouvée, un ordre d'abandon des poursuites suivra (ce qui peut prendre plusieurs mois).

Silence, refus de témoigner

“Je ne dirai rien.”

Personne n'est obligé de s'incriminer, chacun est autorisé à refuser de témoigner. ⇒ Cependant, il reste difficile de savoir si l'on a passé la commande ou non.

La première conséquence apparaît rapidement : Les policiers et les femmes peuvent être grognons, bruyants ou injurieux, il faut savoir le supporter. ⇒ L'interrogatoire devient plus désagréable, mais le protocole reste vide.

La deuxième conséquence est que les choses peuvent se dérouler très différemment. Il est possible que rien ne se passe pendant des mois. À un moment donné, d'autres mesures d'enquête peuvent être prises. ⇒ Cette incertitude peut être très stressante.

Souvent, l'autorité rend une ordonnance pénale, soit en vertu de la LStup 19a, soit, plus rarement, en vertu de la LStup 19, sans procéder à des investigations supplémentaires. Il faut alors, le cas échéant, faire opposition et demander un nouveau jugement devant le tribunal.

Avouer une commande pour sa propre consommation

“Je voulais planter ces graines et, si quelque chose était venu, en consommer le résultat”.

⇒ Tous les actes en préparation de sa propre consommation sont des contraventions. ⇒ LStup 19a (amende, frais)

Plus les personnes concernées déclarent que le but des graines (ou du haschisch / beuh) est pour leur propre consommation, plus il est clair qu'il ne s'agit que d'une contravention.

La police peut alors demander à quelle fréquence la personne concernée consomme la substance. Cela conduit rapidement à une fréquence d'utilisation enregistrée, ce qui peut amener le bureau de la circulation ou d'autres autorités sur les lieux.

En général, n'avouez pas votre consommation passée (gardez le silence ou niez ou mentez) ou avouez le moins possible.

Avouer le don ou la vente

“Quelques graines étaient pour moi, les autres, je voulais les offrir à mes collègues”.

⇒ La transmission (y compris le don) et la vente de toute façon constituent des délits. ⇒ LStup 19 (amende, frais, peine pécuniaire en jours-amende, inscription au casier judiciaire)

Dès que les personnes concernées veulent simplement offrir une semence, elles se retrouvent face à un délit.

Les actes de transmission ou même “seulement” les intentions de transmission devraient absolument être passés sous silence.

Celui qui avoue seulement avoir commandé des graines, mais qui indique comme but d'utilisation non pas la consommation, mais des plantes d'ornement, peut également se retrouver ici. A Berne notamment, le ministère public s'en tient tout à fait à la LStup 19, si l'on ne mentionne pas expressément “pour sa propre consommation” : antécédents judiciaires pour des graines de chanvre…

⇒ Cet aperçu comme Image ou PDF


L'audition par la police

Les personnes convoquées ne doivent jamais sous-estimer un interrogatoire de police. Il s'agit d'actes criminels : tu dois faire attention à ce que tu dis. Comme ils avaient pratiquement tous affaire à la police pour la première fois, les interpellés étaient inexpérimentés et ne pouvaient pas imaginer comment cela allait se passer.

Pour la police, en revanche, c'est le quotidien : interroger des suspects, faire pression, obtenir des aveux. C'est pour cela qu'ils sont formés et payés. Ainsi, le professionnel rencontre le non-professionnel. Le déséquilibre est très important !

Le protocole

Le résultat central d'un interrogatoire de police est le protocole, si possible avec des aveux. Même si les policiers n'ont rien à dire sur la sentence (celle-ci est ensuite déterminée par le bureau du magistrat municipal, le bureau du gouverneur ou Ministère public, ou après un appel par un tribunal), leur rapport est l'élément décisif pour toutes les étapes suivantes.

Nier ou se taire ?

S'il n'y a pas de preuve concrète (comme dans le cas d'une enveloppe adressée en graines de chanvre), le déni peut également être une bonne option. Il est permis de mentir pour sa propre protection (mais ne construisez pas de réseaux complexes de mensonges). La règle de base est de garder le silence, de refuser de témoigner (au moins partiellement) si des questions sont posées sur des activités illégales. Sinon, vous ne ferez que donner la corde pour vous pendre.

Mais les deux sont plus faciles à dire qu'à faire. Il y a eu des cas où les personnes concernées se sont lancées dans l'interrogatoire en étant convaincues : “Je ne dirai rien”. Et sont sorties abasourdies parce qu'elles avaient témoigné et accepté une perquisition “volontaire”.

Ou témoigner ?

La plupart des personnes concernées ne pouvaient pas s'imaginer refuser de témoigner ou simplement nier avoir commandé (et supporter l'incertitude de ce qui se passerait ensuite).

Lorsque les interpellés ont témoigné, la moins mauvaise chose a été d'admettre qu'ils avaient commandé les graines et qu'elles étaient destinées à leur propre consommation dans le futur. Ils voulaient juste essayer une fois… C'est admettre ainsi un acte illégal : le plus petit possible, une contravention.

Un témoignage partiel ?

La plupart des interpellées n'auraient pas eu à répondre aux questions sur leur consommation antérieure, mais il est difficile d'arrêter simplement la déclaration qui a été lancée ici. Beaucoup de personnes concernées ont ensuite admis une faible consommation (par exemple, tous les quelques mois lors d'une fête).

Bien sûr, les personnes interrogées peuvent aussi simplement avouer toute leur historique de consommation, pour les amendes cela ne fait aucune différence dans la plupart des domaines : il y a une amende standard pour la consommation ou les actes préparatoires.

Le service de la circulation routière est informé

Mais le nœud du problème est le suivant : dès qu'un rapport de police indique qu'une personne a reconnu avoir consommé des drogues illicites, ces dossiers sont transmis à d'autres bureaux. Le service de la circulation routière reçoit l'ensemble du dossier de l'incident. Une consommation supérieure à deux fois par semaine donne souvent lieu à un soupçon de toxicomanie, qui doit être clarifié lors d'un contrôle de l'aptitude à la conduite et peut mener à une abstinence forcée.

Un délit est rapidement atteint

Certains ont pensé qu'ils pourraient améliorer la situation pour eux-mêmes s'ils voulaient donner quelques-uns des produits commandés, entre autre des graines de chanvre: “Ce n'est pas seulement pour moi”. Les personnes concernées suivent cette “logique” encore et encore. Les conséquences, cependant, sont fatales : avec cette confession, on passe du niveau de la contravention à celui de délit, le niveau supérieur de la criminalité. Cela conduit toujours à une inscription au casier judiciaire, même si une seule graine de chanvre aurait dû être donnée.

Même ceux qui ont avoué avoir commandé des graines pour leur usage personnel (afin de ne pas tomber dans les griffes du bureau de la circulation routière en tant que consommateur de drogue) ont parfois été punis comme des criminels à part entière (niveau délit). Il existe en fait des procureurs qui se contentent ensuite d'appliquer la loi à la lettre : L'importation est essentiellement un délit (LStup 19), il y a donc une sanction pour un délit, même s'il ne s'agit que de trois graines de chanvre.

Ils ne considèrent la LStup 19a que si la mention inclut clairement “pour consommation personnelle”.

Avant l'audition

Ceux qui sont convoqués ont un peu de temps pour gérer la situation. Il est important de le mettre à profit. Si les personnes convoquées arrivent en véhicule motorisé, ils sont souvent soupçonnés de conduire sous l'influence de drogues, ce qui serait un délit. Cela signifie qu'un échantillon de sang peut être prélevé à l'hôpital et que la limite peut être dépassée très rapidement. Laissez donc la voiture à la maison. Il arrive que la police veuille jeter un coup d'œil à votre téléphone portable: mieux vaut le laisser à la maison. Certains policiers veulent vérifier les déclarations faites immédiatement après au moyen d'une perquisition “volontaire” : faire le ménage chez soi au préalable ou refuser catégoriquement. Certains policiers veulent un autre échantillon d'urine “volontaire” : on peut le refuser.

Après l'audition

Lisez toujours attentivement le protocole et ne le signez que s'il ne contient que ce que la déclaration est censée contenir. Le protocole de police est la base contraignante pour l'ordonnance pénale (qui est notifiée après plusieurs jours ou mois). Il est essentiel de le vérifier rapidement et soigneusement (que ce soit LStup 19a ou 19). Les personnes sanctionnées ont maintenant 10 jours pour l'accepter ou pour faire opposition et engager une action en justice. À ce stade, il est important de demander l'accès aux dossiers et de copier tous les documents. Tous les bureaux auront ces dossiers (pendant des années), seule la personne accusée ne recevra pas une copie par elle-même. Par conséquent, toutes les personnes concernées devraient absolument obtenir ces informations.

Une police zélée...

Lors des interrogatoires concernant les commandes de graines de chanvre, les agents étaient zélés : tout était méticuleusement noté et ils essayaient de pousser les personnes concernées à avouer (surtout en ce qui concerne les actes de transmission) ; le protocole était affiné dans ce sens ; ils voulaient des échantillons d'urine et à la fin ils voulaient jeter un coup d'œil à l'appartement (perquisition “volontaire”, qui a été effectuée immédiatement après l'interrogatoire dans le but de “vérifier les déclarations” ). Ainsi, l'“audition” avec tout ce qui s'ensuit a duré une bonne demi-journée. Dans certains cas, des appartements ont également été investis par des unités spéciales juste pour 15 graines de chanvre et les suspects ont été placés en détention provisoire.

...et une police efficace

Au cours des poursuites concernant les graines de chanvre, dont la période principale s'est étendue sur tout le premier semestre 2015, un autre type de police est apparu dans les affaires pour des graines de chanvre, expliquant aux personnes concernées “hors protocole” qu'il n'était pas intéressé par d'autres détails, qu'il voulait juste clore l'affaire efficacement : il suffisait à l'interpellé d'avouer qu'il avait commandé des graines pour sa consommation personnelle, puis il était signalé et c'était tout. C'est vrai : il a avoué un acte illégal et cela suffit pour pouvoir lui infliger une amende. Dans ce cas, l'interrogatoire durait encore un quart d'heure. Ces forces de police avaient compris que les commandes de graines de chanvre ne provenaient pas de la mafia.

Une sanction suit toujours

Qu'il s'agisse d'une force de police zélée ou efficace : une sanction a suivi dans les deux cas (la quantité mineure non sanctionnée n'a jamais été prise en compte).

Viennent ensuite les ordonnances pénales (200 à 1 000 francs). En outre, il y a eu quelques condamnations pour délit. Les avertissements n'ont été donnés qu'à Bâle-Ville (300 francs).

Nous avons documenté l'ensemble du processus sur notre site web sur la poursuite concernant les graines de chanvre: dénonciations par la douane, extrapolations de graines à des récoltes possibles avec soupçon de trafic, convocations par la police, rapports des personnes concernées, ordonnances pénales dans différentes versions de nombreux cantons. Pour en savoir plus, consultez notre dossier sur les poursuites des graines de chanvre depuis 2015.

Silence / Déclarations

Le seul complément utile au silence de principe est le suivant :

Déclarations selon lesquelles la culture, la possession ou l'importation des produits de chanvre illégaux découverts sont destinées à la consommation personnelle (LStup 19a). Un transfert (LStup 19) devrait alors être prouvé par les autorités.

Les personnes interrogées ne doivent pas avouer leur consommation passée, c'est-à-dire la nier ou refuser de témoigner. Cependant, de nombreuses personnes trouvent cela très difficile. Ensuite, ils admettent juste une utilisation occasionnelle dans le passé.

Mais quiconque avoue des actes illégaux, même s'il ne s'agit que de consommation, avoue des infractions multiples, donc de nombreux actes illégaux qui ne pourraient guère être prouvés autrement.


Divers documents relatifs à l'audition de police

Exemple d'un refus complet de témoigner enregistré Exemple de protocole de perquisition
Protocole de refus complet de témoigner Protocole Perquisition Berne

A Berne notamment, les perquisitions ont été fréquentes et ont eu lieu juste après l'interrogatoire. Un travail énorme qui n'aboutissait souvent à rien.

A Berne, il y a eu beaucoup de condamnations pour des délits. Surtout, les autorités y enquêtaient dès le début toujours sur la base d'un soupçon de délit. Ainsi, par défaut, les dénonciations étaient toujours accompagnées d'une mention “délit”. Voici un exemple où ce soupçon initial a été modifié à la main : de LStup 19 à LStup 19a, donc de délit à contravention.

Exemple de rapport de dénonciation, avec rétrogradation de délit à contravention
Tableau d'affichage Berne avec déclassement délit=>contravention, page 1 Rapport du tableau d'affichage Berne avec déclassement délit=>contravention, page 2
Exemple de décision motivée de non prise en charge et de transfert, avec déclassement de délit en contravention
vergehen_zu_uebertretung_1.jpg vergehen_zu_uebertretung_2.jpg vergehen_zu_uebertretung_3.jpg

Publicité

fr/thc_recht/verzeigung.txt · Dernière modification: 2022/09/06 17:03 de sos
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant