Do you speak English? → go to our English page!

La politique du chanvre à la fin de l'année 2018 : la légalisation est loin d'être acquise.

L'article expérimental suit son cours après tout, une approche plus simple du cannabis en médecine semble possible (mais cela prend du temps), une nouvelle loi sur le chanvre n'a aucune chance jusqu'à présent. Nous vous présentons un aperçu des développements actuels.

Que s'est-il passé sur le plan politique et qu'est-ce qui se prépare ?

Nous pouvons distinguer quatre domaines dans la politique du chanvre : Les essais pilotes, la facilitation de la médecine du chanvre, une nouvelle loi sur le chanvre et l'initiative sur le cannabis. Dans LI81 nous avons apporté un aperçu, voici maintenant ce qui s'est passé depuis.

Le Conseil national est désormais favorable aux essais pilotes

Un article expérimental dans LStup devrait créer la base pour des essais pilotes avec le cannabis. Cette demande a été formulée par cinq motions identiques du Parlement. Le Conseil national a rejeté la première de ces motions (numéro 17.4210) en juin 2018.

C'est maintenant le tour des quatre autres motions 17.4111 à 17.4114, qui ont été déposées par le PRD, le PS, les Verts et le GLP. Celles-ci ont été adoptées par le Conseil national le 19.9.18.

Cependant, le résultat a été à nouveau très serré : 98 oui contre 92 non et 2 abstentions. Tous les Verts, le PS et le GLP ont dit oui. La quasi-totalité du BDP a dit oui. Deux tiers du PRD étaient favorables, un tiers du PDC, tandis que l'UDC était unanimement contre.

Le Conseil des Etats devrait également approuver ces motions, puisqu'il avait déjà dit oui à la première motion.

La proposition du Conseil fédéral

Mais en fin de compte, ces motions n'étaient que l'escarmouche préliminaire. Ce qui compte maintenant, c'est l'élaboration de la proposition détaillée du Conseil fédéral. La période de consultation s'est terminée à la fin du mois d'octobre 2018.

Diverses organisations et experts ont été invités à commenter le texte de loi proposé. Il est très inquiétant de constater qu'il n'y a pas une seule organisation sur la liste d'adresses qui connaît les défis des utilisateurs - qui sont censés être les participants aux essais pilotes - de première main. Ni nous, de l'association Legalize it! qui est le plus grand groupe d'intérêt pour les droits des utilisateurs de THC en Suisse, ni Medcan, qui défend les patients concernés, ni aucune autre organisation n'ont été invités à donner leur avis. Mais comme la consultation était publique, personne ne nous a empêchés de participer quand même. Ainsi, avec l'Association Cannelle Compassion Genève (ACCG), l'Associazione Cannabis Ricreativa Ticino (ACRT), le Swiss Safe Access for Cannabinoids (SSAC) et le Medical Cannabis Verein Schweiz (Medcan), nous avons rédigé une déclaration sur la consultation et l'avons soumise le 24.10.18 : bit.ly/2ERmKjj.

(L'initiative de la Commission 18.402 de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil national (SGK-N), qui avait été approuvée par la commission sœur du Conseil des États et demandait également la rédaction d'un nouvel article expérimental, a été pour ainsi dire dépassée par l'administration. L'administration a déjà préparé un projet à l'attention du Conseil fédéral).

Essai pilote comme LStup-amendement

Après l'évaluation des réponses à la consultation, la question sera soumise au Parlement : il s'agira alors de modifier concrètement LSTup, c'est-à-dire de décider d'un nouvel article pour les essais pilotes. La décision sera serrée, surtout au Conseil national - et même si le vote est positif, il est tout à fait possible qu'un référendum soit lancé contre cet amendement LStup. Il pourrait même y avoir un référendum sur cette question. Les procès-verbaux du Conseil national montrent clairement à quel point l'opposition est fondamentalement opposée à tout changement. La seule chose qu'ils peuvent imaginer est davantage de répression.

Facilitation de la médecine du chanvre

Le traitement actuel du chanvre médicinal est très restrictif et lourd. Beaucoup souhaitent qu'une certaine ouverture ait lieu ici.

C'est ce que demande la SGK-N dans sa motion 18.3389 de mai 2018 : “ La dispensation médicale du cannabis comme médicament aux malades chroniques. Une réduction des coûts des soins de santé et une diminution de la bureaucratie.” Le 19.9.18, le Conseil national a adopté ce projet de loi sans le discuter. Maintenant, le Conseil des États suit le mouvement.

Mais ce qui est plus décisif dans ce domaine, c'est que le Conseil fédéral a déjà chargé son administration de procéder aux clarifications correspondantes. Le Département fédéral de l'intérieur (DFI) doit préparer un projet de consultation d'ici l'été 2019, qui doit montrer comment l'accès au cannabis médicinal peut être facilité. Après la consultation, le Conseil fédéral pourrait alors soumettre cet objet au Parlement (guère avant 2020).

Au moins, elle a maintenant reçu un signal positif du Parlement. Il n'est pas encore possible de prévoir quand un projet de loi correspondant sera introduit (et avec quel contenu).

Le chanvre en dehors de la LStup

Les Verts avaient exigé une nouvelle loi sur le chanvre avec leur initiative parlementaire 17.440 “Loi fédérale sur la réglementation du chanvre (nouvelle loi suisse sur le chanvre)”. Comme il fallait s'y attendre, cette initiative n'a malheureusement pas abouti.

Le 11.9.18, le Conseil national a voté sur la suite à donner à cette initiative : 86 voix pour, 104 voix contre et 4 abstentions. Là encore, les Verts, le PS, le GLP et le BDP étaient tous en faveur, mais le FDP était divisé, le PDC presque entièrement contre et l'UDC entièrement contre. Cela signifie que ce projet est terminé.

Mais la question n'est pas encore réglée. La motion 18.3150 “ Égalité de traitement du cannabis et de l'alcool fort ” déposée par le conseiller national Heinz Siegenthaler (BDP) en mars 2018 n'a pas encore été traitée.

Le postulat 18.4009 du conseiller national Beat Flach (GLP) a été ajouté en septembre 2018 : “ Légaliser le cannabis et générer un substrat fiscal au profit de l'AVS/AI ”.

Les petits partis, les Verts, le GLP et le BDP, peuvent donc continuer à faire mijoter la question. Mais cela ne suffira pour obtenir une majorité au Conseil national que si, en plus des Verts, du PS, du GLP et du BDP, la majorité du FDP et de nombreux membres du PDC s'y joignent également.

Initiative sur le cannabis

Dans le magazine Legalize it! N° 81 (automne 2018), nous avons fait état des défis auxquels nous étions ou serions confrontés avant la collecte des signatures. Entre-temps, la forme de la nouvelle association de soutien à fonder, le calendrier prévu pour l'initiative et une idée des deux piliers d'un modèle de réglementation pour la Suisse se sont développés.

Nouvelle association de soutien

En principe, les organisations qui peuvent s'identifier au but de l'association - une re-légalisation du cannabis en Suisse avec certaines réglementations - devraient être représentées dans cette association de soutien. Ils devraient également être d'accord avec les moyens de initiative populaire sur cette question.

La nouvelle association devrait souligner l'alliance pour cela. C'est pourquoi l'idée est de réunir son comité à partir de quatre domaines différents : un quart chacun de la politique, des soins de santé, de l'économie et des organisations qui défendent principalement les droits des utilisateurs.

Les organisations de la nouvelle association de soutien peuvent chacune contacter leur représentation à l'adresse comité pour faire part de leur position sur les différents sous-thèmes.

Le comité de la nouvelle association sera élu par l'assemblée générale, qui se tiendra une fois par an. Ce site comité devrait alors également soutenir la création du comité d'initiative nécessaire sur le plan juridique (7 à 27 personnes) ainsi que du comité d'experts important sur le plan technique. Le conseil sera également chargé d'identifier une équipe de gestion qui formera le secrétariat de l'initiative.

Le secrétariat doit prendre en charge la gestion opérationnelle de l'initiative, c'est-à-dire maintenir les canaux de communication, donner des instructions aux assistants, traiter les demandes, organiser la collecte et la certification, maintenir la base de données et bien d'autres choses qu'un secrétariat fait.

Calendrier provisoire de l'initiative

Le calendrier de l'initiative est désormais le suivant (voici l'état d'avancement en novembre 2018) :

  • Décembre 2018 : rencontre avec les parlementaires intéressés lors de la session d'hiver à Berne, finalisation du nouveau budget.
  • Janvier 2019 : Réunion de fondation de la nouvelle association de soutien, formation du conseil d'administration, planification financière.
  • Février 2019 : formation de l'équipe de direction, formation du secrétariat, consultation finale sur le texte de l'initiative.
  • Mars 2019 : commencer le processus avec le bureau du chancelier, finaliser la stratégie de communication, établir les bases de collecte.
  • Avril 2019 : mettre en place l'outil de crédentialité, finaliser la stratégie de collecte, préparer les dernières réunions avant la collecte des signatures.
  • Mai 2019 : Dernière réunion avant la collecte des signatures, instruction des aides, préparation du début de la collecte.
  • Juin 2019 : début de la collecte.

Dans les 18 mois suivant le début de la collecte, l'accent sera logiquement mis sur la collecte et la certification des 100 000 signatures requises.

Deux piliers pour un modèle réglementaire

L'association professionnelle IG Hanf, en collaboration avec l'association de lutte contre les addictions GREA (Groupement Romand d'Etudes des Addictions), a réfléchi à un éventuel modèle de régulation du cannabis pour la Suisse. Ce modèle se compose de deux piliers et de dix principes :

1er pilier

Sujet : Protection de la population Objectif : protéger les groupes vulnérables, promouvoir une consommation à faible risque, minimiser les dommages potentiels de la consommation de cannabis. Les principes pour cela :

1) Protection des mineurs

2) Promotion d'une utilisation à faible risque en termes de santé.

3) Information des utilisateurs

4) Prévention et sanction de la conduite et de l'exercice de certaines activités professionnelles sous l'influence du cannabis.

5) Restriction du cannabis dans les lieux publics et de la publicité

Pilier 2

Sujet : Contrôle et régulation du marché Objectif : garantir des règles claires pour le marché, créer les instruments réglementaires nécessaires pour les autorités, créer des taxes incitatives. Les principes pour cela :

6) Contrôler la production et assurer la traçabilité.

7) Marché séparé pour les produits médicaux et non médicaux.

8) Vente de cannabis dans les magasins spécialisés

9) Taxation du cannabis pour financer les mesures d'accompagnement

10) Supervision de la production pour usage personnel

Le document complet avec tous les sous-points est disponible sur le site web de l'IG Hanf(bit.ly/2S0kKXF). Il vaut la peine d'y jeter un coup d'œil, car ce modèle façonnera également la nouvelle association de soutien et sera donc important.

fr/thc_recht/li820607.txt · Dernière modification: 2021/10/18 17:20 (modification externe)
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant