Do you speak English? → Go to our English page!

Un deuxième pas vers la normalisation du chanvre en tant que médicament

L'usage médical du cannabis n'est actuellement légal que dans des cas exceptionnels. Les propositions de modifications ont été soumises à la consultation. Les restrictions doivent être assouplies, mais il n'y a pas de laissez-passer pour les personnes malades.

Exception ou médicament commun ?

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a accordé de nombreuses autorisations exceptionnelles pour la médecine du cannabis : De 2012 à 2018, plus de 12 000 ont été accordées, dont 7 575 étaient des premières autorisations et 4 500 des renouvellements.

En principe, les médicaments à base de chanvre ne devraient être approuvés que dans des cas exceptionnels. Le chanvre figure sur LSTup parmi les substances interdites qui font effectivement l'objet d'une interdiction totale de circulation (prohibition totale). Ce n'est qu'en 2011, avec la révision de LStup, qu'une utilisation exceptionnelle du chanvre en médecine a été rendue possible (c'est une contradiction, bien sûr, mais c'était le premier pas vers l'utilisation médicale du cannabis en Suisse).

Les nombreux cas semblent inquiéter l'administration - mais pas parce que les malades n'obtiennent encore leurs médicaments qu'avec difficulté et à des coûts élevés, mais plutôt parce que ce nombre n'a plus un caractère exceptionnel. Maintenant, un changement de la loi est nécessaire pour pouvoir continuer.

Le chanvre médical comme la morphine

Comme je l'ai dit, les besoins des malades ne sont pas au centre de ce projet de loi. Il n'y aura aucune possibilité d'auto-thérapie ou d'auto-culture. Cela restera interdit comme avant, tout comme les autres manipulations de produits contenant du THC.

La présente proposition d'amendement à LStup vise principalement à retirer le cannabis en tant que médicament de la catégorie d'interdiction totale de LStup. C'est le cœur de la proposition, à savoir la levée de l'interdiction de circulation. Cela mettrait le chanvre au même niveau que la morphine ou la cocaïne. Il pourrait alors être prescrit par les médecins sans exemption.

Le chanvre en deux catégories

Mais : pas tout le chanvre, mais seulement le chanvre à usage médical. Ce serait une nouveauté sur LStup, que quelque chose soit divisé de cette façon (la cocaïne, par exemple, est simplement dans une catégorie différente, sans distinction entre médecine et non-médecine). Cela laisse encore le chanvre non médical dans cette catégorie inqualifiable de prohibition totale…..

Quel est le résultat de cette levée partielle de l'interdiction de circulation du chanvre ? Pas beaucoup directement. Il s'agit du niveau de fond juridique : il s'agit d'ouvrir une porte pour que des prescriptions recommandées puissent être établies dans les prochaines années.

Après cette modification de la loi, quelques étapes supplémentaires devront être franchies : Dans le BetmVV-EDI, le chanvre médicinal pourrait passer de la liste d à la liste a (d'interdit à contrôlé). En outre, l'OFSP ne serait plus responsable, mais Swissmedic, qui exercerait alors la surveillance. En outre, la Pharmacopée suisse serait également adaptée (définition des exigences de sécurité et de qualité du cannabis en médecine).

L'industrie pharmaceutique ne développe pas de médicaments.

Ce que le DFI/OPH et Swissmedic souhaitent, c'est que l'industrie pharmaceutique fasse des recherches sur le sujet et développe des médicaments : des médicaments créés pour des indications spécifiques et validés à cette fin par des essais cliniques en double aveugle, qui pourraient ensuite être autorisés par Swissmedic. Mais ce n'est tout simplement pas le cas. Jusqu'à présent, il n'existe qu'un seul “vrai” médicament à base de cannabis : le Sativex (un spray contenant du THC à utiliser dans la cavité buccale). Celui-ci peut déjà être prescrit par les médecins sans autorisation exceptionnelle, mais uniquement en cas de spasticité modérée à sévère dans la sclérose en plaques.

Dans la plupart des cas, les préparations extemporanées (teintures ou huiles à teneur normalisée en THC) sont produites en pharmacie et délivrées aux patients (bien entendu, uniquement sur autorisation exceptionnelle). Cela continuera à être le cas à l'avenir, tant qu'aucun médicament “normal” à base de chanvre ne sera développé. Le grand avantage, cependant, serait que cela pourrait se faire sans autorisation exceptionnelle.

De l'OFSP aux médecins

Si cette révision de la loi devait aboutir, les médecins auraient beaucoup plus à dire : ils ne seraient alors plus obligés d'obtenir des autorisations d'exemption pour les prescriptions de chanvre. Néanmoins, ils ne pourraient pas prescrire le chanvre en toute liberté.

La loi ne prévoit aucune restriction sur les formes de dosage ou les préparations. Néanmoins, ils ne peuvent pas prescrire n'importe quoi, mais doivent respecter toutes les réglementations relatives aux médicaments (normalisés, reproductibles, dosables et bien plus encore).

Il n'y a pas non plus de catalogue dans la loi pour quelles plaintes ce chanvre médicinal peut être prescrit (indications). Il ne s'agit pas non plus d'un laissez-passer pour que les médecins puissent simplement prescrire du chanvre à tous les malades, car ils doivent respecter leur devoir de diligence. L'OFSP, les cantons et les associations médicales devraient élaborer des recommandations de traitement au fil du temps. Il en résulterait probablement une liste des indications autorisées ainsi que des préparations et des dosages recommandés pour celles-ci.

Comme les médecins sont contrôlés par les médecins cantonaux respectifs, il pourrait bien y avoir des différences régionales dans les prescriptions. En outre, de nombreux médecins pourraient refuser de prescrire du chanvre et le feraient encore.

Cela ne sera probablement plus facile que pour quelques malades.

Très souvent, les personnes malades fument du chanvre car cela garantit l'effet le plus rapide. Le vapotage est également populaire. La prise orale sous forme de gouttes est plus lente. Fumer n'est cependant pas une application médicale pour l'OFSP, après tout, le vapotage n'est pas exclu à tout jamais (et toute préparation de chanvre à cet effet serait exemptée de la taxation du tabac).

Les compagnies d'assurance maladie n'auraient pas non plus à couvrir les coûts à l'avenir (car l'efficacité n'a pas été prouvée). Il y aura au moins un projet d'évaluation.

Horaire

La consultation dure jusqu'au 17.10.19, date à laquelle le Conseil fédéral examinera comment soumettre définitivement le projet au Parlement.

Modèle de chanvre médical

La consultation a été bien accueillie

La consultation pour une utilisation plus facile du chanvre comme médicament est terminée. La plupart des répondants semblent être favorables à cette proposition. Le Conseil fédéral va maintenant faire rédiger le projet de loi définitif, puis le transmettre au Parlement pour consultation. Le calendrier concret est encore ouvert, mais la procédure prendra certainement des années. Pour de nombreux patients, ces changements peuvent simplement arriver trop tard.

Nous avons également participé

Nous avons décrit en détail le contenu de l'amendement proposé par le Conseil fédéral dans notre Legalize it! 85 en détail. Nous avons participé à cette consultation et soumis une déclaration en octobre. Dans cette déclaration, nous nous félicitons de la présente modification de la loi, car c'est la chose la plus concrète qui nous fait avancer un peu plus. Cependant, nous proposons également quelques ajustements, notamment la suppression complète du cannabis de la liste des interdictions totales, car ce statut rend beaucoup de choses plus difficiles (chanvre médical, essais pilotes). Nous soulignons également une fois de plus dans notre déclaration que l'amendement à la loi est clairement à trop courte vue et que seule une petite proportion de patients en bénéficiera effectivement.

Notre réponse à la consultation

fr/thc_recht/li850405.txt · Dernière modification: 2021/10/18 17:20 (modification externe)
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant