Do you speak English? → go to our English page!

Accusation de possession de "drogues dures

La loi sur les stupéfiants est toujours déroutante : les usagers, la police, les procureurs, mais aussi les journalistes, les politiciens et les scientifiques… C'est aussi une très mauvaise loi ! Dans nos consultations juridiques, nous entendons de nombreuses histoires sur la répression contre le chanvre. Parmi eux, il y a aussi des incidents très étranges. Voici un reportage sur un contrôle de police vraiment absurde dans le canton d'Argovie de fin 2018.

“Après mon dernier examen du semestre, je me suis dirigé vers la gare de bonne humeur. Comme d'habitude, les accros à l'alcool et à la méthadone étaient là. Parce que ces derniers y passent souvent leur temps et sont considérés comme des racailles de la société, bien qu'ils causent rarement des problèmes, la police est aussi souvent sur place. À ce moment-là aussi, la police était présente avec six policiers.

Lorsque j'ai voulu prendre le métro, un policier m'a arrêté pour vérifier mon identité. J'ai été un peu surpris et j'ai demandé si quelque chose s'était passé. Iln'est pas normal, dans une petite ville d'Argovie, de devoir montrer sa carte d'identité un après-midi entouré de six policiers.

C'était juste un contrôle d'identité de routine, je n'avais pas à m'inquiéter. J'ai donc montré ma carte d'identité, le policier a parcouru mes coordonnées et a immédiatement reçu l'avis que j'avais déjà eu une fois “un conflit avec la loi sur les stupéfiants”. Il m'a demandé si c'était toujours un problème, ce que j'ai nié. Mes bagages ont alors été fouillés et un contrôle corporel rapide a également été effectué. Résultat : 1,1 gramme de haschisch a été trouvé. A présent, j'étais entouré par trois des six officiers de police.

J'étais assez calme, même si j'ai trouvé un peu inconfortable de me faire fouiller un peu en cachette par trois policiers au poste. amende d'ordre Pour autant que je sache, le maximum que je pouvais espérer était une amende de 100 CHF. Je suppose que j'avais tort - ou pas ? Le policier, que j'estimais être le plus âgé, m'a fait remarquer que la possession de moins de 10 grammes de cannabis n'était pas un délit punissable, mais qu'il en allait différemment avec le haschisch, celui-ci étant considéré comme une drogue dure.

J'étais vraiment choqué et je lui ai demandé s'il était sérieux. Il a répondu par l'affirmative et a dit qu'il y aurait un rapport avec des procédures et une inscription au casier judiciaire à cause de cela, je devrais remplir le formulaire pour la plainte pénale et toute la procédure. Je lui ai redemandé si le haschisch est identique à l'héroïne selon la loi. Il répond par l'affirmative. J'étais sans voix.

On m'a demandé à plusieurs reprises si j'avais encore de cette “drogue dure” sur moi. J'ai répondu non. Ils ont continué à fouiller tout ce que j'avais sur moi. À un moment donné, ils ont abandonné et j'ai été autorisé à quitter le poste, accompagné par les policiers, pour me rendre sur le parking où était garée leur voiture afin de remplir le formulaire.

C'était vraiment inconfortable - entre six policiers et à peu près le même nombre de junkies - d'être traité comme un criminel devant le campus où j'étudie. Après que j'en ai parlé pour la deuxième fois, on m'a permis d'aller au fond d'un bâtiment pour que je n'aie pas à m'exhiber devant tous les professeurs et les autres étudiants.

Lorsque la policière a préparé le formulaire que je devais remplir avec elle, j'ai dû sortir à nouveau de ma “cachette” et expliquer devant tout le monde pendant 10 minutes que je ne répondais à aucune question. Je pense que la policière, quelque peu énergique, n'a pas apprécié, ce qu'elle m'a fait ressentir et ce que tout le monde a entendu dans un rayon de 10 mètres.

Après avoir été menacé de ne pas donner mon numéro de téléphone portable, mais que la police me chercherait et me trouverait, j'ai donné mon numéro à contrecœur, mais de manière intimidée.

C'est exactement à ce numéro que j'ai été appelé quatre jours après cet incident. Un agent de la police cantonale était au téléphone. Il m'a demandé si j'avais fait la connaissance de ses collègues vendredi dernier. J'ai répondu par l'affirmative. Il a ensuite déclaré qu'ils avaient fait une erreur et m'a expliqué la loi actuelle concernant la possession de cannabis, qui inclut également le haschisch. De ce fait, je ne reçois pas d'accusation pénale ni d'amende. En revanche, les 1,1 grammes de haschisch confisqués seront détruits, ce pour quoi j'aurais dû recevoir un reçu. Il pouvait également m'envoyer ce reçu plus tard si je le souhaitais, ce que j'ai accepté. Le policier m'a encore demandé deux fois si je voulais vraiment ce reçu, ce qui m'a laissé penser qu'il ne préférait pas. Je suis resté têtu et l'ai reçu entre-temps. Je n'ai jamais entendu d'excuses. Lorsque j'ai fait remarquer que j'avais été gêné de manière injustifiée par ses collègues, il m'a une nouvelle fois expliqué la loi, qui n'était pas pertinente dans ce contexte et que ses six collègues ignoraient manifestement tous.”

Nous n'avons pas pu préciser pourquoi les policiers sont arrivés à la conclusion que le haschisch est une “drogue dure”. Une explication possible : la limite pour le cannabis est de 1 % de THC, à partir de là, il est illégal. En revanche, le haschisch est toujours interdit (quelle que soit sa teneur en THC). C'est ainsi qu'il est défini dans l'ordonnance correspondante.

Peut-être que la discussion sur le CBD légalbeuh et le fait que le haschisch de CBD est toujours interdit a conduit à ce malentendu. Le hash au CBD est un produit rare, mais certaines personnes semblent en avoir produit (bien qu'il puisse être difficile de rester en dessous de 1 % de THC dans cette production de hash).

En tout cas, leur comportement ne parle pas de la formation de ces policiers. De telles affirmations sont non professionnelles et embarrassantes. Au moins, il n'y a pas eu d'amende à la fin - mais c'est quand même quelque chose à penser !

fr/thc_recht/li841112.txt · Dernière modification: 2021/10/18 17:20 (modification externe)
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant