Do you speak English? → go to our English page!

La situation politique à l'automne 2018

Il y a tout un flot de propositions politiques sur le chanvre : Articles expérimentaux, le cannabis en tant que médicament, une nouvelle loi sur le chanvre et notre initiative de projet. Nous vous présentons un aperçu de la situation actuelle.

poursuite fonctionne...

Ce qui est réel en Suisse, c'est la répression, c'est-à-dire la poursuite pénale poursuite des actions impliquant des produits contenant du THC. Parallèlement, on discute depuis des décennies d'une manière différente et plus sensée de traiter le chanvre. Ces derniers temps, les initiatives politiques se sont (à nouveau) accumulées.

...même s'il y a eu beaucoup de discussions

On se souvient : Au tournant du millénaire, il y a eu aussi des discussions intensives sur la dépénalisation du hasch et de beuh. Elles ont été enterrées en 2004 par le Conseil national. Le Conseil national l'a enterré en 2004, laissant le amendes d'ordre pour la consommation de cannabis (pour les adultes) et une ouverture minimale dans le domaine du chanvre en tant que médicament. Dans le domaine de la circulation routière, les mesures coercitives ont même été fortement étendues.

Le développement international n'est pas pertinent

Une réelle amélioration de la situation, de la légalisation de la consommation à l'établissement d'un marché réglementé du chanvre, restait un vœu pieux. Même si beaucoup de choses se sont passées au niveau international en termes réels : l'Uruguay, certains États des États-Unis et ensuite le Canada ont introduit différentes variantes de légalisation. Mais ici, la répression continue sans relâche.

Et maintenant encore : de nombreuses initiatives, articles, discussions. La double page suivante donne un aperçu à la fin du mois d'août 2018. D'autres initiatives ont été annoncées. Toutes ces mesures sont combattues par les prohibitionnistes, comme elles l'ont toujours été.

Qu'est-ce qui rend la situation si délicate ?

En fait, elle est similaire à 2004, c'est la première raison. À l'époque, le Conseil national était l'obstacle qui ne pouvait tout simplement pas être surmonté. Le Conseil fédéral était favorable à un assouplissement du traitement du THC, le Conseil des Etats également, mais le Conseil national ne voulait rien savoir de l'affaire et a enterré une longue phase de discussion qui avait été entamée en février 1996 avec le rapport de la Commission d'experts pour la révision de la loi sur les stupéfiants (LStup).

Est-ce que cela se répète éternellement ?

Aujourd'hui, quelque chose de similaire s'est produit, mais à un niveau beaucoup plus bas. La ville de Berne avait déposé une demande auprès de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour un projet de distribution de cannabis par l'Université de Berne. Celle-ci a toutefois été rejetée fin 2017, car la situation juridique actuelle ne permet pas un tel procès. En peu de temps, cinq ( !) motions au contenu identique ont été soumises au Parlement pour demander l'article expérimental nécessaire : une au Conseil des Etats et quatre au Conseil national. La première (celle du Conseil des États) a maintenant fait l'objet de toutes les délibérations et le Conseil national l'a - rejetée. Bien que quatre motions du Conseil national ainsi que de sa commission compétente soient favorables (il y a donc d'autres votes à venir sur la même question).

Rejeté - et pourtant il continue

Immédiatement après ce rejet, le Conseil fédéral a envoyé en consultation une proposition détaillée pour un tel article expérimental (la modification nécessaire de LStup et l'ordonnance associée). Cela durera jusqu'au 25 octobre 2018, il y a donc encore beaucoup de choses à discuter et je suis curieux de voir si le Conseil national peut au moins se réchauffer à de tels essais pilotes de cannabis. Pour ce faire, elle devrait accepter les motions de ses membres ou suivre la proposition du Conseil fédéral. Ou va-t-il faire capoter l'accord lors des votes suivants et rester le grand frein à tout développement dans le domaine du chanvre ?

La proposition du Conseil fédéral est très détaillée et limite strictement les possibilités. L'amendement serait valable pendant 10 ans. Pendant cette période, des recherches peuvent être menées sur la santé des consommateurs, leur comportement ou le marché des médicaments dans une région. Les essais devraient être limités à des municipalités individuelles, d'une durée de 5 ans (éventuellement jusqu'à 7 ans), d'un maximum de 5 000 personnes par essai, de produits contenant au maximum 20 % de THC et d'une distribution maximale de 10 grammes de THC par personne et par mois. La consommation en public ne serait pas autorisée et la loi sur la circulation routière resterait pleinement en vigueur. Les taxes sur le tabac devraient être payées et seuls les utilisateurs actuels, adultes, qui ne sont pas enceintes ou qui n'allaitent pas et qui ne souffrent d'aucune maladie mentale ou ne prennent pas de médicaments psychotropes pourraient participer.

Il y a confusion

La deuxième raison est qu'il y a beaucoup d'ignorance. Ce que signifie LStup, comment fonctionne la répression : Il y a beaucoup d'opinions qui circulent. Mais presque personne ne veut vraiment le regarder. Elle est également peu attrayante, indigne d'un État de droit, tout simplement embarrassante : l'ignorance de la petite quantité non sanctionnée, les perquisitions à domicile lors de la commande de graines pour la culture personnelle, les valeurs absurdes de THC dans le trafic routier, l'entêtement à punir sans proportionnalité. La police sait également que poursuite n'a aucun effet sur le marché noir dans son ensemble. Néanmoins, ils continuent. Un concessionnaire est remplacé par un autre, une usine par une nouvelle - il n'y a pas de pénurie, pas d'augmentation des prix. Mais les conséquences du marché noir demeurent : matériel non contrôlé, profits non taxés et criminalisation de dizaines de milliers de consommateurs chaque année.

Néanmoins, la plupart des gens espèrent que la prohibition empêchera la consommation. Eh bien, continuez à espérer, mais ne vous plaignez pas des excès des scènes criminelles de la drogue !

Y a-t-il un dénominateur commun ?

La troisième raison est que les partisans d'un changement devraient vraiment s'unir compte tenu de la situation politique tendue et (être en mesure de) se ranger derrière une seule proposition. Les détails peuvent être discutés longuement (légalisation à terme ou réglementation ?, teneur maximale en THC ?, niveau de taxation ?, publicité oui/non ? et bien plus encore). De plus, il faudrait que tout le monde ait envie de travailler très dur et ensemble. Car le fait est que même quelque chose d'aussi petit et inoffensif qu'un essai pilote de cannabis est tout à fait menacé après le dernier vote du Conseil national. Donc, pour un véritable changement, il faut beaucoup de ressources et de persévérance.

Au moins, il y a une discussion. Nous résumons la situation à la fin du mois d'août 2018 dans les quatre points suivants.

Essais

Essais pilotes sur le cannabis : Recherche scientifique sur l'utilisation récréative du chanvre, avec distribution de chanvre

Après l'échec de la grande révision de LStup en 2004, les villes ont voulu réaliser des projets de dispensaires. Des discussions à ce sujet sont en cours depuis plus de 10 ans maintenant. Berne a déposé un procès, qui a été rejeté par l'OFSP (en raison de l'absence de base légale).

Un article expérimental paru dans LStup devrait maintenant servir de base à des essais pilotes sur le cannabis. C'est ce que réclament cinq motions identiques du Parlement. Un du Conseil des Etats : Motion 17.4210 Roberto Zanetti (SP). Et quatre du Conseil national : Motion 17.4111 Regine Sauter (FDP) Motion 17.4112 Angelo Barrile (SP) Motion 17.4113 Regula Rytz (Verts) Motion 17.4114 Kathrin Bertschy (GLP) Cette démarche s'accompagne d'une initiative de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil national (SGK-N) : Initiative de la Commission 18.402 SGK-N

Le Conseil des États a adopté la motion Zanetti en mars 2018. Le SGK-N l'a également approuvé en mai 2018. Mais le Conseil national l'a rejeté en juin 2018 : 96 non, 93 oui, 2 abstentions. C'est la fin de l'affaire. Les autres motions n'ont pas encore été traitées.

En outre, le Conseil fédéral a envoyé en consultation jusqu'au 25.10.18 un projet de loi détaillé sur les essais pilotes de cannabis (LStup-modification et ordonnance y relative). Après l'évaluation, le Conseil fédéral pourrait soumettre cet objet au Parlement (peut-être en 2019).

Médecine

Le cannabis en tant que médicament : faciliter la délivrance du chanvre en tant que médicament, également sous forme de fleurs

Toute personne qui veut ou doit consommer des médicaments contenant du THC a des difficultés. En effet, des licences spéciales sont nécessaires. Cela fait perdre beaucoup de temps aux médecins, et cela se produit donc rarement. Il n'existe que des gouttes de THC, les fleurs ne sont pas disponibles, les coûts sont élevés et ne sont pas nécessairement couverts par l'assurance maladie. La motion 14.4164 “Cannabis pour les personnes gravement malades” de la conseillère nationale de l'époque Margrit Kessler (GLP) a été adoptée par le Conseil national et le Conseil des États en 2015 - mais rien n'a changé.

La SGK-N a maintenant donné suite avec la motion 18.3389 de mai 2018 : “ Dispensation médicale du cannabis comme médicament aux malades chroniques. Une réduction des coûts des soins de santé et une diminution de la bureaucratie.” Le vote a été de 21 oui, 0 non, 3 abstentions - donc quelque chose pourrait être possible dans ce domaine. Le 19.9.18, ce projet de loi est à l'ordre du jour du Conseil national. (En contrepartie, l'initiative parlementaire 17.439 du conseiller national Thomas Ammann (PDC) de mai 2017 a été retirée).

Le Conseil fédéral a ordonné des clarifications en juillet 2018 : Fleurs de cannabis comme alternative aux teintures de cannabis ou au cannabis synthétisé et clarification de la prise en charge des coûts. Le Département fédéral de l'intérieur (DFI) doit maintenant préparer un projet de consultation d'ici l'été 2019, qui devrait faciliter l'accès au cannabis médicinal. Après la consultation, le Conseil fédéral pourrait alors soumettre cet objet au Parlement (guère avant 2020).

Loi sur le chanvre

Nouvelle loi sur le chanvre : Légalisation de principe comme pour l'alcool et le tabac, avec une réglementation propre.

La meilleure chose à faire serait que le Parlement retire le cannabis de LStup, l'inscrive dans sa propre loi sur le chanvre et crée quelque chose de similaire à la loi sur l'alcool. Mais jusqu'à présent, toutes les tentatives ont échoué à cause du Conseil national. Seul amendes d'ordre pour la consommation de cannabis a été adopté par ce conseil, mais de justesse. Une véritable décriminalisation a beaucoup de mal à s'imposer ici.

Une nouvelle tentative a été faite avec l'initiative parlementaire 17.440 “Loi fédérale sur la réglementation du chanvre (Nouvelle loi suisse sur le chanvre)” de la conseillère nationale Maya Graf (Verts). L'objectif est de remplacer la prohibition du chanvre par une approche légale avec des réglementations spécifiques.

Cependant, le projet de loi a déjà échoué au SGK-N : Avec 14 non contre 11 oui, il a été rejeté en mai 2018. Il n'y a pas beaucoup d'espoir d'un meilleur résultat au Conseil national : comme nous l'avons vu, la SGK-N est toujours beaucoup plus ouverte d'esprit que le Conseil national.

(Soit dit en passant, le Parlement des jeunes a également formulé une demande similaire : 16.2016 Dépénalisation réglementée de la consommation de cannabis de novembre 2016).

Par ailleurs, le conseiller national Heinz Siegenthaler (BDP) a déposé en mars 2018 la motion 18.3150 “ Égalité de traitement entre le cannabis et l'alcool fort ”, mais elle n'a pas encore été traitée.

Une autre motion correspondante a été annoncée par les cercles BPL en juillet 2018.

Initiative

Initiative sur le chanvre : initiative constitutionnelle visant à introduire une base pour une loi sur le chanvre.

La dernière initiative sur le chanvre a été lancée en réaction au vote négatif du Conseil national en 2004. Elle a été soumise au vote en novembre 2008, avec 36,7 % de votes favorables. Depuis lors, près de 10 ans se sont écoulés. Alors peut-être pourrions-nous oser emprunter à nouveau cette voie ? Si le Parlement ne parvient pas à adopter une solution raisonnable, peut-être les électeurs pourraient-ils en prendre l'initiative ?

Mais c'est un gros travail de collecter et de certifier 100 000 signatures. Un travail encore plus important suit immédiatement si l'on veut mener une campagne référendaire sensée. Très peu d'initiatives sont acceptées et même si elles le sont, le parlement doit adopter une législation d'application - qui a parfois peu de rapport avec le contenu du site initiative populaire.

Une initiative peut forcer un débat public sur la question (si vous parvenez à la recueillir). Mais une bonne campagne a besoin de beaucoup d'argent, de personnes actives - et il faut aussi qu'elles aient quelque chose en commun, qu'elles soient d'accord sur les questions centrales de la légalisation. Ce n'est pas une entreprise facile !

Notre groupe de travail sur l'initiative a également dû s'en rendre compte : Certains ne veulent participer que s'il y a déjà beaucoup d'argent. D'autres y sont favorables mais ne veulent pas s'engager publiquement. Enfin, il y a aussi ceux qui préfèrent discuter du texte pendant un certain temps.

fr/thc_recht/li810609.txt · Dernière modification: 2021/10/18 17:20 (modification externe)
Cette page a été traduite automatiquement. Veuillez signaler les erreurs si vous en trouvez !

Partager la page: facebook Twitter

Brochure sur l'aide juridique

Shit happens, 14ème édition à partir de l'été 2021


Shit happens 14
Commandez maintenant