Do you speak English? → Go to our English page!

La quantité minime de cannabis: Est-ce qu'impunité signifie impunité ?

10 grammes de cannabis sont considérés comme une petite quantité et sont exemptés de toute sanction. C'est ce que dit la loi sur les stupéfiants. Néanmoins, il y avait pratiquement toujours une amende d'ordre ou une amende si cela était détecté par la police. En principe, tout ce qui dépasse 1 % de THC est interdit et sa manipulation est punissable. Les „stupéfiants de type cannabis“ - comme le hasch et la beuh sont appelés dans la loi sur les stupéfiants (LStup) - sont des stupéfiants interdits selon l'article 8 LStup. L'article 19a n° 1 fait lui-même de la consommation une infraction punissable. Toutefois, deux dispositions limitent ou relativisent cette interdiction totale :

⇒ LStup 19a item 2 : Dans les cas mineurs, la procédure peut être abandonnée ou la sanction supprimée. Un avertissement peut être donné. Ici, il est écrit „peut“ - c'est ainsi que cet article était et est très rarement appliqué.

⇒ LStup 19b alinéa 1 : Celui qui ne prépare qu'une petite quantité d'un stupéfiant pour sa propre consommation ou le fournit gratuitement pour permettre une consommation simultanée et conjointe par une personne de plus de 18 ans n'est pas passible de poursuites. Il s'agit d'une disposition obligatoire. Il ne dit pas „peut“, mais „est“.

⇒ LStup 19b alinéa 2 : 10 grammes d'un stupéfiant de type effet cannabis sont considérés comme une quantité minime.

La spécification du nombre de grammes est en vigueur depuis le 1er octobre 2013 (en même temps que l'introduction des dispositions relatives aux amendes d'ordre aux articles 28b-28l, qui ne concernent toutefois que la consommation de cannabis).

A l'époque, nous avions également publié la 9ème édition de la brochure sur l'aide juridique Shit happens. Nous y écrivions que, selon LStup, la possession d'un maximum de 10 grammes de cannabis pour sa propre consommation ou également remis à des adultes pour une consommation simultanée et gratuite est clairement exemptée de peine. Nous avons avions appelé „quasi-légale“ cette maniére procécer avec de la beuh et du haschisch. (Toutefois, la consommation est toujours interdite).

A propos : depuis 1975 cette quantité minime existe dans la LStup, mais elle n'était pas fixée en gramme auparavant. En fait, cette disposition n'a pas été appliquée, mais des amendes ont été allègrement délivrées.

Mais avec la définition de la quantité négligeable en grammes, cette disposition ne pouvait plus être ignorée ? Eh bien si, la police et le ministère public pouvaient très bien et ne voyaient aucune raison de modifier leurs habitudes.

Malgré la situation initiale plutôt claire, de nombreuses personnes concernées ont continué à recevoir une amende d'ordre ou une amende si la police les attrapait avec moins de 10 grammes. La police cantonale de Zurich, par exemple, avait explicitement indiqué dans ses ordres de service qu'une telle possession (qui, selon la loi, n'était pas punissable) devait être sanctionnée par une amende d'ordre (100 francs).

Que devaient faire maintenant les personnes sanctionnées ? Ceux qui avaient reçu une amende d'ordre de 100 francs pour une possession non-punissable étaient à juste titre mécontents - mais comment ces personnes concernées auraient-elles pu obtenir justice ? Uniquement en n'acceptant pas les amendes d'ordre, en choisissant la procédure ordinaire, puis en recevant une ordonnance pénale avec une amende et les frais (au moins 250 francs), en le contestant et en devant ensuite attendre une audience du tribunal de première instance.

Beaucoup d'efforts, donc - et en plus le risque que les coûts soient plus élevés qu'au début. En effet, même si l'amende n'avait pas été infligée (ce que j'aurais jugé très probable), les personnes concernées auraient conservé les frais (ce que j'aurais également jugé très probable, car dans de tels cas, les autorités aiment faire valoir qu'il s'agit après tout d'une substance interdite, qu'elles auraient dû engager une procédure pénale, etc.) Ces frais peuvent rapidement s'élever à 500 francs au tribunal de district, même sans amende.

Par conséquent, je ne pourrais pas recommander cette procédure standard à toutes les personnes concernées. Mais certains pénitenciers n'ont tout simplement pas voulu le faire et ont pris l'expérience sur eux. Ils n'ont donc pas payé le amende d'ordre qu'ils avaient reçu. Et ils ont attendu. Certains d'entre eux ont attendu longtemps.

La chance a voulu que Till Eigenheer, un étudiant de Jus, soit arrivé à la même conclusion que nous, à savoir que cette pratique ne fonctionne pas du tout. Il a ensuite représenté une personne qui avait été condamnée à une amende devant le tribunal de district de Zurich. Comme prévu, le tribunal a acquitté le prévenu (il s'agissait de la possession de 8 grammes qui avait été détectée par la police en mars 2015). Le verdict date de septembre 2015 - nous voyons combien de temps les personnes concernées doivent attendre (au moins) dans de tels cas. Mais ce qui est surprenant, c'est que non seulement il a été acquitté, mais que le défendeur n'a pas eu à payer de frais de procédure et que son avocat a même reçu une compensation bien méritée de 200 francs pour ses efforts. Seulement, les huit grammes ont été confisqués parce qu'ils étaient censés être utilisés pour un acte illégal, à savoir la consommation.

Mais il se trouve que même ce verdict clair du tribunal de district de Zurich n'a pas suffi aux autorités de poursuite pénale. Ils n'ont pas respecté le délai de recours auprès du tribunal cantonal, mais ils ont tout de même estimé qu'un tel jugement „unique“ du tribunal de district ne changeait rien à leur pratique. Même après quelques escarmouches politiques en 2016, elle est restée la même : il faut attendre une nouvelle affaire, qui sera ensuite tranchée par l'instance supérieure à un moment donné.

Mais avant cela, il y a eu une tournure intéressante des événements : En septembre 2017, un arrêt de la Cour fédérale a été mis en circulation, faisant paraître la pratique des autorités encore plus discutable, voire carrément illégale. L'affaire concerne 0,6 gramme de cannabis trouvé sur une personne à Bâle-Ville en décembre 2015. Bien que la personne n'ait pas été condamnée à une amende pour cela, elle a dû payer les frais de procédure de 105,30 et un droit de procédure de 200 francs.

Une telle demi-punition est assez courante à Bâle : la procédure est abandonnée et donc aucune amende n'est perçue, mais les frais de 305 francs ne sont pas sans… L'instance suivante a annulé la taxe de procédure de 200 francs, mais les frais de procédure sont restés.

Cependant, Ministère public Basel-Stadt a voulu percevoir les deux montants et a saisi le Tribunal fédéral. Là, elle a subi de multiples revers: „Selon la jurisprudence du Tribunal fédéral, une condamnation aux frais en cas d'acquittement ou de classement de la procédure viole la présomption d'innocence.“ L'affaire est un peu plus compliquée que cela, mais le Tribunal fédéral en arrive à la conclusion : „Il s'ensuit que le défendeur n'aurait pas dû être condamné à payer ne serait-ce qu'une partie des frais de procédure. La demande supplémentaire du plaignant selon laquelle il aurait dû supporter tous les coûts de la procédure est donc infondée, …“. Ministère public n'a donc rien donné.

Malheureusement, le Tribunal fédéral a laissé ouverte la question de savoir si une procédure pénale aurait pu être engagée dans un tel cas. Mais elle précise : „Il est clair que, dès le début, aucune infraction pénale n'a été commise. Cela rendrait les procédures pénales inutiles ! Elle n'a pas non plus souhaité se prononcer sur la question de savoir si les autorités auraient effectivement dû confisquer les quelques grammes de cannabis. Elle a qualifié cette question de controversée.

Suite à cet arrêt, la plupart des forces de police et des procureurs de Suisse ont renoncé, bien qu'à contrecœur, à punir la quantité impunie. Toutefois, Ministère public de Saint-Gall souhaite toujours ouvrir des enquêtes dans de tels cas et déterminer s'il existe un élément criminel à prouver (consommation dans le passé ou transmission). Et aussi d'autres des autorités de poursuite pénale peuvent certainement commencer des entretiens ou d'autres enquêtes pour trouver des preuves de la consommation qui a déjà eu lieu.

Alors méfiez-vous, vous ne devriez jamais vous sentir en sécurité dans cette zone. La consommation est toujours punissable. Cela signifie que l'exemption de peine pour la possession d'une petite quantité de cannabis est réellement limitée à la possession et aux actes préparatoires à la consommation. Dès que la consommation passée (au cours des trois dernières années) peut être prouvée, elle sera toujours sanctionnée.

Cela s'applique également à une confession dans un protocole. Donc, si la police commence un interrogatoire et pose des questions sur la consommation passée et d'autres choses, les choses se compliquent. Celui qui dit : „J'ai fumé un joint avant-hier“ peut déjà être puni pour cette déclaration, même sans autre preuve. Toute personne interrogée par la police doit donc toujours bien réfléchir à ses réponses ou refuser de répondre. Ceux qui avouent leur consommation passée seront également condamnés à une amende! La possession d'une petite quantité de cannabis ne pourra donc être utilisée à l'avenir que pour la consommation personnelle (voir l'arrêt Bâle-Campagne à la fin).

La consommation, en revanche, ne devrait pas être sanctionnée. Il resterait le cas mineur, qui peut se terminer par un non-lieu ou un avertissement. Mais cette disposition n'est pratiquement jamais appliquée. Mais le Tribunal fédéral mentionne au passage dans son arrêt : “ Selon la pratique du Tribunal fédéral, la consommation de petites quantités de drogues relève de l'art. 19a n° 2 LStup„. Par conséquent, un avertissement ou simplement l'arrêt de la procédure serait la bonne chose à faire. Il ne devrait pas y avoir d'amende du tout. Le site des autorités de poursuite pénale ne devrait pas aimer cela non plus - si tant est qu'il en prenne note.

En principe, la sanction de la consommation est tout simplement un mépris des libertés civiles de notre Constitution fédérale, elle n'est guère proportionnée et doit être proscrite. amendes d'ordre s'applique à la consommation, mais uniquement à la consommation observée, c'est-à-dire essentiellement à la consommation en public. Cela pourrait encore être accepté si une société ne veut pas voir un tel comportement. Mais punir la consommation privée est disproportionné. Tous ceux qui participent devraient y réfléchir. L'arrêt de la Cour fédérale montre la direction à prendre - sur la base de la situation juridique actuelle. Mais cela fera-t-il un jour son chemin dans la pratique des forces de police et des parquets ? Les doutes sont de mise.

Dans tous les cas, nous observerons la suite du traitement de la quantité mineure et du cas mineur et nous serons heureux de recevoir toute documentation à ce sujet.

Les jugements

⇒ Arrêt du Tribunal fédéral 6B_1273/2016 du 6 septembre 2017.

⇒ Jugement du tribunal de district de Zurich du 10 septembre 2015.

⇒ Ci-dessous un jugement du Ministère public BL, qui montre la frontière entre autorisé et interdit de manière compréhensible.

Ordre de cessation d'activité de Ministère public Basel-Landschaft, 26 septembre 2017

Il est décrété :

1. la procédure pénale est abandonnée (…).

2. les objets saisis (comme dans l'original) (1 minigrip avec environ 5 grammes de marijuana, 1 joint usagé, 1 verre avec environ 2 grammes de haschisch, 1 moulin à chanvre) sont (…) saisis et (…) confisqués et détruits.

3. les frais de procédure sont à la charge de l'État.

4. aucune compensation et aucune satisfaction ne sont accordées à l'accusé.

Raison Le samedi 13 mai 2017, à 22 h 40, l'accusé a été interpellé par la police à Aesch (…). (…) Environ 5 grammes de marijuana et environ 2 grammes de haschisch, ainsi qu'un joint usagé et un moulin à chanvre pourraient lui être attribués. En raison de cette situation, la police de Bâle-Campagne a déposé une plainte et l'a signalé à Ministère public Bâle-Campagne. Sur la base du rapport de police, Ministère public Basel-Landschaft a émis le 18 juillet 2017 un ordonnance pénale à l'encontre de l'accusé pour de multiples infractions à la loi sur les stupéfiants. La défenderesse a formé une opposition contre ce ordonnance pénale en temps utile, le 31 juillet 2017. Sur le site audition, Ministère public Basel-Landschaft, le 6 septembre 2017, le prévenu a confirmé être en possession des stupéfiants saisis, mais pas qu'il les avait consommés. Il avait l'intention de consommer des stupéfiants, mais ne l'a pas fait car il avait été contrôlé par la police au préalable. Les objections du défendeur concernant la consommation n'ont pas pu être réfutées. Dans cette situation factuelle et probatoire, il ne peut être prouvé que l'accusé a consommé des stupéfiants. En conséquence, la procédure doit être rejetée pour manque de preuves (…). La simple possession de moins de 10 grammes n'est pas punissable. (…)

Dernière modification : 2023/12/22 21:16

Partager la page: facebook X (Twitter)

Aperçu juridique

Shit happens 15 (été 2023)

Cet aperçu en PDF