Do you speak English? → Go to our English page!

Été 2017 : Les villes à la recherche de meilleures façons de se comporter les unes envers les autres

Projets de chanvre urbain

Les discussions sur les projets de chanvre urbain (cannabis clubs, taxes sur le chanvre contrôlé) sont déjà anciennes. En 2006 déjà, des efforts ont été déployés en faveur d'une vente contrôlée de cannabis dans la ville de Berne. La ville de Zurich a également envisagé cette possibilité. Mais le 15.6.07, le Bund titrait : “Pas d'essai pilote avec le cannabis”. Parce que c'est comme ça : Le LStup est une loi nationale qui ne peut être modifiée par une seule ville. En dehors de l'utilisation médicale avec un permis spécial, il n'y a que la possibilité d'un essai scientifique sur LStup.

En 2010, Zurich a voulu en développer un, mais n'a pas vraiment avancé. Ensuite, Genève a voulu s'attaquer au problème comme il se doit. Le 19.2.14, la NZZ titrait : “Genève devient sérieuse avec une nouvelle réglementation du cannabis”. Mais ce projet ne s'est pas non plus concrétisé. Au moins les villes intéressées se sont réunies régulièrement au sein d'un groupe de travail commun : “Les villes s'attaquent aux clubs de cannabis” (NZZ, 5.2.16).

Commission pour un projet de recherche

Bern voulait aussi essayer le chanvre. Et les responsables s'y sont vraiment tenus, malgré tous les problèmes et les résistances. En mars 2016, le conseil municipal de la ville de Berne a chargé l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Berne d'élaborer un projet de recherche détaillé.

Il ne s'agit pas de clubs sociaux permanents de cannabis ou autres, mais de la recherche de questions scientifiques. L'objectif du projet est de tester une vente réglementée de cannabis : Il s'agit d'étudier les comportements de consommation et d'achat, d'enregistrer l'état de santé des participants et de leur faire remplir plusieurs fois des questionnaires en ligne. En outre, il existe des mesures de prévention et des offres de conseil. La durée est limitée, généralement à trois ans, et quelques centaines de personnes y participent probablement. La vente a lieu dans certaines pharmacies. Nous sommes donc loin des clubs sociaux de cannabis ou même d'une “stoner mecca Bern” (Blick, 15.3.16).

Comme il s'agit d'un projet de recherche sur l'homme, le projet doit être approuvé par la commission cantonale d'éthique de Berne. En août 2016, le projet y a été déposé et en mars 2017, les responsables (la conseillère communale Franziska Teuscher et le professeur d'université Matthias Egger) ont pu annoncer l'approbation de la commission. Le Fonds national soutient également l'étude.

Le permis sera-t-il accordé ?

Vient maintenant l'étape décisive : la soumission du projet à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Mais cela n'aurait eu aucune chance sans les années de développement progressif des bases nécessaires - tout comme les tentatives précédentes. L'OFSP décide de l'autorisation exceptionnelle pour la manipulation du chanvre illégal dans le cadre de ce projet de recherche. Une approbation semble désormais possible - après tout, il s'agit clairement de recherche scientifique. Si l'autorisation est accordée, des projets de recherche similaires pourraient être soumis par la ville de Zurich et les cantons de Bâle-Ville et de Genève. Mais d'abord, Berne doit soumettre son projet à l'OFSP.

Dernière modification : 2023/12/22 21:16

Partager la page: facebook X (Twitter)

Aperçu juridique

Shit happens 15 (été 2023)

Cet aperçu en PDF