Do you speak English? → Go to our English page!

La prochaine grande affaire ou la répression habituelle ?

Le marché légal du cannabis, en pleine expansion, est souvent considéré comme “la prochaine grande affaire” aux États-Unis. En d'autres termes, le domaine d'activité qui connaîtra un énorme boom dans les prochaines années. La Suisse veut-elle en faire partie ou rester sur la touche ?

Développement international

Les dépénalisations et légalisations deviennent de plus en plus concrètes sur notre planète. Nous avons maintenant l'occasion d'observer différentes approches de légalisation in vivo. A cet effet, il existe un article de SuchtSchweiz dans lequel les situations et les développements dans différentes parties du monde sont comparés dans de nombreux détails : “Du Rio de la Plata au Lac de Genève, la régulation du marché du cannabis - nouveaux développements” est déjà disponible dans sa deuxième version ; les deux auteurs souhaitent publier d'autres mises à jour. Pour ceux qui s'intéressent aux développements internationaux, ce rapport est recommandé.

Études de projet pour un dispensaire de cannabis

Il semblait que rien n'allait se passer, mais Genève veut développer davantage le projet en 2015. L'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss est impliquée et apporte ses connaissances sur la distribution de l'héroïne. Enfin, une autorisation pour cet essai doit être obtenue auprès de l'OFSP (Tagi, 31.12.14, WOZ, 8.1.15). Winterthur craint les coûts et ne veut pas entreprendre un essai pilote, mais souhaite participer au groupe sur le cannabis (entre autres les villes de Genève, Bâle et Zurich) (NZZ, 31.1.15).

Au final, les projets de dispensaires pourraient probablement ressembler à quelque chose comme ça : Genève, par exemple, vendrait beuh et du haschisch à 30 000 utilisateurs de THC dans le cadre d'un projet pilote. Il s'agirait d'un projet de recherche scientifique d'une durée de trois ans. Les principales questions pourraient être les suivantes : une taxe peut-elle assécher le marché illégal ? Une taxe permet-elle d'améliorer la sécurité de la population ? La redevance soulage-t-elle substantiellement la police et la justice ? Une redevance entraîne-t-elle une amélioration de la situation des usagers ? Les utilisateurs problématiques peuvent-ils être atteints plus efficacement ?

Si tout se passe bien (planification, approbation, décisions politiques, mise en place du projet), il pourrait commencer en 2017 au plus tôt. Il y aura beaucoup d'autres discussions !

Commerce et violence

Depuis le démantèlement des magasins de chanvre au tournant du millénaire, nous l'avons dit et écrit encore et encore : Plus de répression signifie que le deal est associé à plus de risques et donc relégué socialement : Les dealers issus des classes sociales aisées cessent de dealer et les personnes aux conditions de vie plus difficiles, voire précaires, s'y mettent. (Parce que la répression ne peut pas éradiquer le phénomène.) Un tel déclin est également associé à une augmentation de la propension à la violence.

Nous voyons maintenant à quoi a mené cette absurdité répressive. La fusillade à Altstätten (NZZ, 17.2.15) avec deux blessés graves au milieu de milliers de plants de chanvre n'est que la pointe de la violence, mais une violence impressionnante.

Je me demande toujours à quel point la police et les procureurs sont irresponsables lorsque j'entends comment ils procèdent dans le domaine des stupéfiants. Ne voient-ils pas les résultats contre-productifs de leurs actions ? Ils sont si évidents que ça fait mal :

Depuis la destruction des magasins de chanvre, depuis le défrichage des champs de chanvre à l'extérieur, depuis que presque toutes les plantes de balcon ont été persécutées, il y a tout simplement moins de beuh, presque plus d'auto-approvisionnement bon marché à l'extérieur, le prix et la marge bénéficiaire ont augmenté, la haute technologie et l'intérieur plus cher sont devenus la seule option, le professionnalisme et l'argent impliqué sont devenus plus élevés, les plantes plus grandes, des gangs plus grands et plus professionnels se sont formés et donc les confrontations violentes ont également augmenté.

La police et les procureurs devraient se rendre compte qu'ils encouragent directement la criminalité au lieu de la réduire. Ils devraient admettre pour une fois que la répression ne les mène nulle part, que d'autres changements, politiques, sont nécessaires et refuser de faire ce travail contre-productif. Mais ils continuent comme s'ils ne comprenaient vraiment pas. Désespérant !

Et voilà que l'Aargauer Zeitung arrive le 19.2.15 avec une interview dans laquelle Olivier Guéniat, chef de la police neuchâteloise, s'exprime sans détour : “Depuis le début des années 2000, le trafic de cannabis en intérieur s'est professionnalisé en Suisse et la violence n'a cessé d'augmenter…”. Traditionnellement, de nombreux Suisses étaient actifs dans le secteur du cannabis … Depuis quelques années, des joueurs plus agressifs sont venus … Ces nouveaux cultivateurs de cannabis ont un parcours différent, certains ont connu la guerre et le trafic de cocaïne et d'héroïne … La politique suisse de prohibition est en partie responsable de la criminalité croissante dans le commerce du cannabis. De plus, il expose les utilisateurs sans protection à un commerce criminel … La lutte de la police contre la drogue est perdue depuis longtemps.“ C'est pourquoi il plaide pour une réglementation étatique du marché du cannabis, comme il en existe pour l'alcool.

Ouf ! Nos forces de police et nos procureurs ne sont donc pas tous irresponsables après tout. Je suis quelque peu soulagé.

Oui à la légalisation

En 20Minuten, une grande enquête sur le sujet a montré qu'environ 80 % des personnes interrogées étaient en faveur de la légalisation, avec environ 19 000 réponses (18.2.15). Bien sûr, l'enquête n'est pas représentative, mais elle est impressionnante. Comment exploiter au mieux ce grand potentiel ?

Dernière modification : 2023/12/22 21:16

Partager la page: facebook X (Twitter)

Aperçu juridique

Shit happens 15 (été 2023)

Cet aperçu en PDF